Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Exorcisme : Comment se libérer des forces du mal ?

© Jeffrey Bruno
© Jeffrey Bruno
Partager

Quatre recommandations pour cheminer vers la sainteté.

1. Pratiquer assidûment les sacrements de la confession et de l’eucharistie

Le meilleur chemin par lequel le démon peut s’immiscer est celui du péché perpétuel. Plus nous prenons nos distances avec Dieu, plus nous sommes vulnérables aux attaques du malin. Même le péché le plus véniel risque de nous exposer à ses avances.

Par la confession, nous mettons un terme à notre vie de péché et prenons un nouveau chemin. Ce n’est pas par hasard que le diable essayait perpétuellement d’effrayer Saint Jean-Marie Vianney pour qu’il n’entende pas les confessions de pécheurs invétérés. La confession a un tel pouvoir, une telle grâce, que le diable n’a d’autre remède que la fuite.

Le sacrement de l’eucharistie est encore plus puissant. Rien de plus logique puisque l’eucharistie est la présence même de Jésus-Christ, neutralisant ainsi toute velléité démoniaque, surtout lorsqu’on la reçoit en état de grâce après la confession. Saint Thomas d’Aquin le confirme d’ailleurs dans sa Somme théologique lorsqu’il écrit : « [L’Eucharistie] repousse toute attaque des démons. D’où cette parole de Jean Chrysostome : “Nous quittons cette table comme des lions, en soufflant le feu, devenus redoutables au démon.” »

2. Prier de façon constante

Le mot clé ici : la constance ! En priant ainsi, nous sommes en état de grâce, en relation avec Dieu au quotidien. En engageant une conversation continue avec Dieu, il n’y a aucune crainte à faire face au démon. Pour tenir le démon à distance, les exorcistes recommandent aux personnes possédées d’adopter une routine spirituelle solide, en lisant les Saintes Écritures et en priant le rosaire.

3. Jeûner

Il s’agit là d’un conseil issu directement des Évangiles, lorsque Jésus dit à ses disciples : « Cette sorte de démon ne sort que par la prière et par le jeûne » (Marc 9 : 29). Libre à chacun de déterminer la forme que prendra le jeûne. Pour ceux d’entre nous qui vivent en ce monde et ont de nombreuses responsabilités (nos familles, par exemple), il ne s’agit pas non plus d’aller jusqu’à négliger ce qui nous incombe. Mais si nous souhaitons nous engager dans une véritable démarche, alors il conviendra de ne pas se contenter de se priver de chocolat pendant le Carême.

4. Porter le sacramental

Les exorcistes ont recours aux sacramentaux (le rite de l’exorcisme est en lui-même un sacramental) et conseillent aux personnes possédées d’en faire l’utilisation fréquemment. C’est une arme redoutable dans la lutte quotidienne contre le démon. Les exorcistes suggèrent l’utilisation de sel béni et d’eau bénite, à la maison et en déplacement. Le scapulaire brun a également une grande force sur le démon. Un jour le vénérable François Ypes entendit le démon lui crier : « Ôtez de ma vue cet habit (le scapulaire) qui nous enlève tant d’âmes ! ».

Si ces quatre méthodes sont suivies rigoureusement, elles vous éloigneront des forces du mal. Elles ôteront tout pouvoir du démon sur vous, et vous mettront sur la voie de la sainteté.

Philip Kosloski est écrivain et blogueur. Vous retrouverez son blog à l’adresse philipkosloski.com

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]