Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 26 novembre |
Saint Innocent d'Irkoutsk
home iconDécryptage
line break icon

CapMissio : la nouvelle école d’évangélisation recrute des jeunes pour la mission !

Benjamin Coste - Publié le 14/03/16

La France compte une troisième école d’évangélisation, créée par le père René-Luc et Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque de Montpellier...

Aleteia : Quelle est la finalité d’une école d’évangélisation ?
Père René-Luc : Elle répond à un double besoin. D’un côté, nous sommes confrontés à des jeunes chrétiens, convaincus et engagés, réalisant de solides études. Mais pour ce qui concerne leur foi, ils ne se trouvent pas assez bien formés, notamment lorsqu’il s’agit de rendre compte de leur foi autour d’eux. Il s’agit là d’une vraie souffrance.

D’un autre côté, l’Église a compris depuis saint Jean-Paul II que « les meilleurs apôtres auprès des jeunes sont les jeunes eux-mêmes ». Avec un problème majeur néanmoins : ces jeunes n’ont pas ou peu de temps à consacrer à la mission.

CapMissio répond à cette double problématique puisque les douze jeunes filles et garçons qui passent neuf mois avec nous suivent des cours de théologie et sont également disponibles pour la mission.

Quelle est la particularité de CapMissio, école de mission diocésaine ?

L'inauguration de Cap Missio © Cap Missio
L'inauguration de Cap Missio © Cap Missio

Avant CapMissio, il n’existait que deux écoles d’évangélisation en France : l’école de la communauté de l’Emmanuel à Paray-le-Monial et Jeunesse-Lumière, fondée par le père Daniel-Ange dans le Tarn. CapMissio est un projet diocésain. La plupart du temps, toutes les initiatives d’évangélisation sont l’œuvre de communautés ou de mouvements. J’aime dire que ces derniers sont un peu comme les « muscles » de l’Église avec beaucoup d’énergie, de savoir-faire, etc. De l’autre côté, il y a la structure diocésaine composée de gens de bonne volonté mais disposant souvent de moyens moins importants. Pour moi, cette structure est comparable à un squelette qui a de solides ligaments depuis des siècles.

CapMissio s’appuie sur le savoir faire missionnaire issue de la nouvelle évangélisation tout en étant greffé sur la structure paroissiale. En faisant se rejoindre les muscles et le squelette, je suis persuadé qu’on arrive à de meilleurs résultats.

Mgr Carré, archevêque de Montpellier, est cofondateur de CapMissio. Qu’est-ce que cela implique ?
Mgr Carré a tellement cru au projet qu’il ne nous a pas simplement donné une petite maison à rafraîchir pour héberger CapMissio. Il a proposé de construire le bâtiment au cœur de la paroisse étudiante de Montpellier qu’il a créé il y a cinq ans. Rappelons que la ville de Montpellier compte 60 000 étudiants ! Pourquoi Mgr Carré croit-il tellement à CapMissio ? Avant d’être nommé à Montpellier, il a été évêque dans le Tarn où il a pu mesurer les bénéfices et les fruits de la présence sur son territoire de Jeunesse Lumière.

CapMissio amène toute son énergie à la pastorale étudiante dans tout le diocèse et à la paroisse étudiante sainte Bernadette en particulier. Ainsi, tous les dimanches soir, nous y avons une messe animée par les jeunes (instruments de musique, écran vidéo en 4×3) à laquelle assiste plus de 600 personnes dont 400 étudiants.

Est-il facile de motiver des jeunes à donner une année de leur vie pour se former et apprendre la mission ?
Le problème ne vient pas des jeunes mais plus des familles – même chrétiennes ! – et de la société en général qui considèrent ce type d’initiatives locales moins valorisantes qu’une expérience à l’étranger par exemple. Ma conviction est que cela changera dans les années qui viennent. Néanmoins, pour palier à cela, nous avons un atout majeur propre à CapMissio : nous avons fait en sorte que la formation reçue à Cap Mission soit diplômante, à savoir un certificat d’initiation à la théologie délivré par l’Institut catholique de Toulouse.

Propos recueillis par Benjamin Coste

Les inscriptions pour l’année 2016-2017 sont d’ores et déjà ouvertes sur le site de CapMissio

Tags:
capmissioevangelisationpere rene luc
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Timothée Dhellemmes
Les messes publiques reprendront samedi... ma...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
La rédaction d'Aleteia
Voici la prière des JMJ de Lisbonne 2023
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
WEB2-EVACUATION-CAMP-MIGRANT-AFP-080_HL_NCOISSAC_1277288.jpg
Mgr Benoist de Sinety
Si toutes les vies se valent…
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement