Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 02 décembre |
Sainte Bibiane
home iconActualités
line break icon

Qui a vraiment gagné les élections iraniennes ?

Anadolu Agency

Thomas Flichy de la Neuville - Publié le 05/03/16

L’organisation d’élections à l’étranger éveille mécaniquement une frénésie d’analyses et d’interrogations comme si un scrutin décidait de tout.

Pour les récentes élections iraniennes, la mystique électorale a  porté la presse a séparer l’électorat en deux camps bien tranchés : d’un côté, les sombres ultraconservateurs qui seraient naturellement les partisans d’un ordre fossilisé et promis à l’extinction en raison de l’évolution irrémédiable des Etats à évoluer vers davantage de démocratie et de paix. De l’autre des réformateurs encore opprimés mais qui porteraient en eux, le changement et l’avenir, et qui permettraient à l’Iran de devenir demain un grand marché ouvert à la circulation des capitaux. Les plus subtils ont intercalés entre ces extrêmes des modérés candidats tièdes et hybrides, sans doute à mi-chemin entre le loup et l’agneau. Une fois ces catégories dessinées, il ne restait plus qu’à jeter les dés pour savoir qui l’avait emporté. Les réformateurs furent d’abord désignés comme vainqueurs puis leur victoire fut nettement relativisée face a la défense efficace des conservateurs. Si ces analyses peuvent remplir des pages de papier, elles ne nous renseignent en rien sur le résultat des élections. La raison en est simple, les catégories précitées ne correspondent à aucune réalité iranienne.

Qu’est ce qu’être conservateur au juste ? Cela consiste à transmettre ce qui demeure. De ce point de vue, il ne fait aucun doute que les Iraniens le soient tous. Dans un pays occupé pendant mille ans par des puissances étrangères et ayant néanmoins réussi à préserver son identité linguistique et culturelle jusqu’à nos jours, aucun candidat aux élections n’aurait l’idée fantaisiste de souhaiter dissoudre l’identité iranienne en un marché sans frontière. Tous les candidats peuvent donc être considérés comme conservateurs. Cela les empêche t’il d’être réformateurs ? Nullement. Car tout legs historique n’est pas appelé à demeurer. La transmission appelle un choix. Dans ces circonstances que retenir du résultat des élections ? Un plébiscite urbain en faveur de la politique d’équilibre adoptée par le président Rohani : l’Iran veut bien consentir à des concessions diplomatiques afin de bénéficier des capitaux étrangers qui n’ont pu vivifier son économie jusqu’à présent. Cela ne signifie pas pour autant qu’il soit prêt à céder un pouce de terrain lorsqu’on lui demande de sacrifier son identité. Quel est le vainqueur des élections ? L’Iran.

Tags:
iran
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Mgr Marc Aillet
Reprise des messes : César n’est pas Dieu
Soizic et Marin de Vasselot
Claire de Campeau
Le Fournil Bethléem : la reconversion d'un co...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement