Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 05 décembre |
Saint Gérald
home iconActualités
line break icon

En 2017, un nouveau chômeur sur cinq dans le monde sera Brésilien

© Jean-Claude Gerez

Travailleur brésilien © Jean-Claude Gerez

Jean-Claude Gerez - Publié le 26/01/16

L’Organisation internationale du travail (OIT) affirme dans son dernier rapport sur l’employabilité, rendu public mardi, que 700 000 chômeurs sur les 3,4 millions prévus en 2017 seront Brésiliens.

Le Brésil est cité à plusieurs reprises dans ce document comme un pays possédant un marché du travail particulièrement affecté par la crise de l’emploi. Pas vraiment une surprise, car la crise économique et la récession ont déjà lourdement affecté le pays en 2015, avec l’apparition de 1,5 million de chômeurs en plus, portant à 9 millions le nombre de personnes sans emploi.

« Le climat économique instable, associé aux flux de capitaux volatiles, aux marchés financiers instables et la chute de la demande globale continuent d’affecter les entreprises et n’encouragent pas les investissements et la création d’emplois », a expliqué à ce propos Raymond Torres, le directeur du département « Recherches » de l’OIT, en présentant le rapport.

La Chine, responsable des chômeurs brésiliens

L’Organisation souligne également les conséquences des mesures d’austérité mises en place au Brésil et dans d’autres pays, estimant que ces dernières pourraient être directement responsables de plus 2 millions de pertes d’emplois dans le monde. Mais l’OIT évoque également comme motifs du chômage la baisse des investissements à long terme et la diminution des populations économiquement actives, ainsi que les niveaux importants d’inégalités sociales dans de nombreux pays.

Autre explication avancée par l’OIT, la mauvaise santé économique actuelle de la Chine, qui vient de révéler son plus bas taux de croissance depuis 25 ans. Le pays devrait compter 800 000 chômeurs en plus dans les deux prochaines années. La baisse du taux de croissance de ce pays, grand exportateur et importateur beaucoup de matières premières, y compris du Brésil, est l’un des principaux facteurs de cet essor du chômage, selon l’OIT.

Mieux que l’Europe

L’une des conséquences directes de cette baisse de la croissance chinoise sur l’économie brésilienne est la chute de la demande de commodities (terme anglais pour désigner les biens de consommation et les matières premières, ndlr). Résultat, d’après les derniers chiffres publiés par le ministère de l’Économie, les exportations brésiliennes vers la Chine, son principal partenaire commercial depuis 2009, ont baissé de 13% sur les 12 derniers mois.

Selon l’OIT, le taux chômage au Brésil va s’élever à 7,7% en 2016 et 7,6% en 2017, des taux néanmoins plus bas que celui de la Communauté européenne (9%), mais supérieurs à ceux de la Chine, de l’Inde et de la Russie. La moyenne générale des pays émergents va rester au-dessous de 6% d’après les projections de l’Organisation internationale du travail.

200 millions de chômeurs dans le monde

Le Brésil apparaît également comme l’un des pays les plus vulnérable en ce qui concerne la vulnérabilité de ses emplois. Avec un taux de 24%, le pays est en effet celui qui possède l’une des pires situations en la matière parmi les grandes économies. Seules la Chine et l’Inde, dont les populations sont au minimum cinq fois plus importantes de celle du Brésil, présentent des indices plus accentués.

L’Organisation internationale du travail évoque un « cadre de fragilité culturelle à long terme » et estime que, depuis 2007, le nombre mondial de chômeurs a augmenté de 27 millions de personnes, en raison notamment de la crise financière globale de 2008-2009. D’après l’OIT, le monde devrait compter plus de 200 millions de chômeurs d’ici à 2017. Et plus de 1,5 milliard de personnes seront en situation d’emploi vulnérable.

Tags:
Brésilchomage
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
La rédaction d'Aleteia
Benoît XVI : "Le Seigneur m’a retiré la parol...
EMMANUEL MACRON
Henri Quantin
Les catholiques sont des "citoyens exemplaire...
groupe de louange
La rédaction d'Aleteia
Humour : et vous, "parlez-vous le catholique"...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement