Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 04 décembre |
Sainte Barbe
home iconActualités
line break icon

"Les hommes politiques ne se rendent pas compte de la souffrance des migrants"

Mgr Santiago Agrelo, archevêque de Tanger (Maroc) brandissant une pancarte dénonçant le nombre de morts parmi les réfugiés tentant de rejoindre l'Europe © Public Domain

Miriam Diez Bosch - Publié le 20/12/15

Aleteia est allé à la rencontre de Mgr Santiago Agrelo. archevêque de Tanger, connu pour ses positions claires sur la question des migrants et des réfugiés.

Mgr Santiago Agrelo, archevêque de Tanger (Maroc), est connu pour ses positions claires sur la question des migrants et des réfugiés. Depuis son diocèse africain, on devine déjà l’Europe qui ne se trouve qu’à 13 kilomètres, et pourtant ce sont bel et bien deux mondes qui se font face.

Aleteia : Qu’est-ce qui vous motive dans vos actions et prises de paroles ?
Mgr Santiago Agrelo : Je suis incapable de voir la souffrance et de rester les bras croisés. Aussi j’ai toujours été proche des plus vulnérables. Mais pourquoi partir s’il n’y a pas de place en Europe ? Telle était ma façon de penser auparavant, comme bien autres. Arrivé ici, j’ai pris conscience de tout ce qui les poussait. En ce sens, le Maroc a donc changé mon rapport aux migrants.

Les politiques ne voient pas la réalité depuis leurs bureaux.
J’ai le sentiment qu’ils n’ont pas conscience du drame de ces personnes, qu’ils ne sont pas capables de s’imaginer pris au piège dans une forêt comme celles aux abords de la frontière de Ceuta ou Melilla, bloqués par la police, la loi, les frontières. Abandonnés, sans espoir, ni avenir. Obligés de risquer leur vie au moindre pas en avant. Je suis d’ailleurs stupéfait qu’il n’y ait pas encore eu d’explosion de violence.

Comment changer la situation ?
Il faut que la société change sa perception des migrants. Je leur dirais : vis avec eux ne serait-ce que 30 minutes, tu les considéreras comme tes propres enfants, et tu ne tolèreras plus qu’ils soient traités ainsi.

Comment faire pour parler autrement de l’Afrique ?
L’Afrique est pauvre car elle est riche. L’Afrique est encore et toujours spoliée, je soupçonne donc que le bien-être dont je jouis s’est fait aux dépends d’autres qui ont été privés de tout.

Vous invitez à la prière. Prier aide à changer les choses ?
Lorsque je parle de prière, je fais référence à l’écoute. Ne pas parler à Dieu pour lui demander d’agir, mais écouter pour agir soi-même.

Le Pape s’inscrit dans cette ligne : pauvreté, prière, justice…
En ce sens, le Pape me semble être un homme de prière, qui écoute Dieu. D’ailleurs, aucun d’entre nous ne saurait écouter Dieu sans écouter les pauvres. J’ai le sentiment que le Pape a passé sa vie à écouter les pauvres. La clairvoyance de sa parole provient du fait qu’il a toujours été à leur contact. Si les pauvres ne nous aident pas à lire et interpréter l’Évangile, à nous rapprocher de Dieu, alors tant l’Évangile que notre rapport à Dieu seront irrémédiablement dénaturés. Penser autrement reviendrait à nous fourvoyer. C’est dans les pauvres que se révèle le visage de Dieu.

L’Église est-elle au point sur la problématique de l’immigration ?
Dans certains secteurs de l’Église, la mentalité qui prévaut est motivée par l’intérêt politique et l’idéologie, alors que cette question devrait être traitée à l’aune de l’Évangile et placée au cœur des communautés ecclésiales. Pour l’Église, tant les pauvres des sociétés européennes que ceux qui sont à leurs frontières sont un appel de Dieu à vivre l’Évangile, ils sont la grâce de Dieu.

Vous êtes au contact de la souffrance, de la mort. Cela fait-il écho à la vôtre ?
Pour ce qui est de la mort, seul le Seigneur peut en décider, j’imagine un moment de purification, d’acceptation ultime de la pauvreté, du don de la seule chose qu’il nous reste. J’espère être conscient de ce don. Seigneur, prends tout, si j’ai alors perdu toute conscience…

Propos recueillis par Miriam Díez Bosch

Tags:
migrantrefugies
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Sauvetage Kevin Escoffier Vendée Globe
Timothée Dhellemmes
"Ta vie était plus importante que notre Vendé...
Domitille Farret d'Astiès
Olivier Giroud a une bonne nouvelle à annonce...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement