Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Inondations en Inde : les sœurs sur le front

Un Indien évoluant dans une rue inondée de Chennai le 4 décembre 2015 © AFP PHOTO / AFP / STR
An Indian man carries gas canisters through floodwaters on a street in Chennai on December 4, 2015. Thousands of rescuers are racing to evacuate victims of the Tamil Nadu flooding, which has claimed nearly 300 lives since November 9. AFP PHOTO / AFP / STR
Partager

La Mission du Cœur Immaculée de Marie de Chennai est devenue une île pendant les inondations qui ont frappé le Tamil Nadu.

Une sœur de la congrégation de l’Immaculée explique à Asianews : « la situation de la ville est catastrophique. Tout est sous l’eau, les gens ont tout perdu. » Pendant la catastrophe, les déplacements étaient risqués voire impossible. « Nous pouvons aider les voisins immédiats mais nous ne savons pas ce qui arrive dans les autres quartiers. »

300 morts, une crue centennale

La sœur se souvient que, dans la rue, elle a eu de l’eau « jusqu’au cou ». Les flots sont en train de se retirer et le bilan, en cours d’évaluation, fait état de 300 morts. Selon le porte-parole du ministère de l’Intérieur, cette crue est la plus grave connue dans la région depuis un siècle, mais « à l’époque, Chennai n’était pas une ville de 4 millions d’habitants, avec des rues goudronnées et des zones bétonnées qui favorisent le ruissellement de l’eau ».

Les voies ferrées ne fonctionnaient plus et l’aéroport de Chennai a été submergé. Ce ne sont pas seulement des voitures, mais aussi des avions qui ont été emportés par les flots ! Manifestement, les infrastructures n’ont pas été prévues pour résister à de tels phénomènes naturels. Or ceux-ci pourraient se reproduire, voire s’aggraver, si le changement climatique devait se confirmer.

L’éducation des jeunes filles en Inde

La congrégation franciscaine du Cœur Immaculée de Marie fut fondée en 1843 pour éduquer les jeunes Indiennes. En 2015, l’effectif de cet ordre s’élève à plus de 5 000 sœurs à travers le monde, notamment en Afrique. Elles se consacrent à l’évangélisation, à l’éducation, au travail social et à la santé.