Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Des Albigeois venus d’Irak

Cette famille irakienne de cinq enfants a fui Qaraqosh et réside maintenant à Alby en Haute-Savoie © Sylvain Dorient
Cette famille irakienne de cinq enfants a fui Qaraqosh et réside maintenant à Alby en Haute-Savoie © Sylvain Dorient
Partager

Ils sont une famille de cinq enfants, venus tout droit d’Irak. Leurs premières paroles sont pour dire merci : "La France nous a bien accueillis".

Ils vivaient à Qaraqosh, à proximité de Moussoul, ville de 50 000 habitants, essentiellement chrétienne. La maman était fonctionnaire, tandis que le papa était gardien d’un bureau syriaque. Ils vivaient là depuis des générations : traditionnellement, les chrétiens syriaques d’Irak disent : « Cette terre a été fécondée par le sang et la sueur de nos pères ». Mais Mossoul est tombée, et entre Daesh et eux, il n’y avait plus que les Peshmergas kurdes. Les combats se sont rapprochés. Puis ils ont entendu parler d’une bombe qui a explosé dans le centre-ville, tuant des enfants.

« C’est le Christ qui nous a sauvé »

Sous leurs yeux, la ville est devenue un champ de bataille : combattants kurdes ou militants de l’organisation État islamique s’échangeaient des obus au-dessus de la ville, des tirs d’armes automatiques résonnaient et ils ont donc décidé de fuir avec leurs cinq enfants. Mais la famille n’avait pas de voiture et a dû s’entasser dans le véhicule d’un cousin. Ils ne pouvaient presque rien emporter avec eux, et ont vécu un trajet angoissant, jusqu’à Ankawa, dans la banlieue d’Erbil. Vingt heures dans la voiture où il y avait deux passagers par place, par 50°C. Les enfants réclamaient de l’eau pendant tout le trajet. Les bouteilles ont été vidées dès les premiers kilomètres.

Un aller simple ?

Ils sont partis en imaginant revenir rapidement « ce n’était pas la première fois qu’il y avait une alerte, se souviennent-ils. Quinze jours auparavant, les Peshmergas avaient repoussé Daesh. Mais cette fois Daesh a gagné, et notre ville est toujours entre leurs mains plus d’une année après ». Installés dans des conditions de fortune à Ankawa, des membres de leur famille élargie, installés en France, les convainquirent de se réfugier avec eux. Lorsqu’on leur demande s’ils espèrent revenir en Irak, ils répondent d’abord non… Puis réfléchissent et disent : « Oui, peut-être »… Puis : « Nous ne savons pas ».

« Merci ! »

Tout au long de notre entretien, ils insistent pour remercier la France, Sœur Marie-Agnès Karatay, qui traduit leurs propos, et ceux qui les ont aidés à trouver un asile loin de Daesh. « La famille d’accueil est adorable avec nous, et prend très bien soin de nous ! », expliquent-ils. Une association leur donne des cours de français tous les vendredis « pour retrouver du travail, il nous faut parler votre langue ».

Ils découvrent la ville d’Albi, où tout les étonne : « La France ne ressemble pas du tout à l’Irak ! L’architecture, les paysages, tout est complètement différent, expliquent-ils. Le mode de vie des Français nous surprend aussi. Quand nous partons nous promener en famille, nous réalisons que nous sommes seuls, parce que, ici, les gens travaillent toute la journée. En Irak, de jour comme de nuit, il y a toujours du monde dehors ! Cette ambiance nous manque. Mais ici nous sommes libres, nous pouvons sortir sans craindre d’être la proie des terroristes ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.