Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Religion, l’heure de vérité

Mgr Roland Minnerath, archevêque de Dijon © Diocèse de Dijon
Mgr Roland Minnerath, archevêque de Dijon © Diocèse de Dijon
Partager

Ce que notre liberté doit au christianisme.

« Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libre » (Jean 8, 32). La vérité est au cœur du christianisme. Elle est un chemin sur lequel nous avançons tout au long de notre vie. On ne peut pas la saisir, c’est elle qui nous saisit.

Mgr Roland Minnerath est archevêque de Dijon. Dans son livre Religion, l’heure de vérité, il rappelle au chrétien son héritage et donne au profane un enseignement sur ce que la société laïque doit au christianisme. Bien souvent, notre société oublie que la liberté qu’elle oppose à la religion est un héritage d’une religion, une seule : le christianisme. Car Dieu a voulu les hommes libres de L’aimer et de mettre leur foi en Lui.

« On ne naît pas chrétien, on le devient »

Le christianisme s’est imposé face aux religions antiques – communautaires et familiales. Le christianisme est une adhésion individuelle à la personne du Christ. Pour suivre le Christ, il faut être libre de le faire. L’homme a besoin de liberté pour y adhérer. « On ne naît pas chrétien, on le devient », disait Tertullien.

Pour qu’elle puisse se déployer librement, la foi exige la liberté de religion, nous rappelle Mgr Minnerath. Cette liberté, qui a été suivie par les droits de l’homme et la séparation des pouvoirs religieux et temporel, est un héritage du christianisme.

Le règne du christ est donc le règne de la Liberté. Mais une liberté tournée vers la quête de vérité. « Le règne du Christ contient tous les éléments de la libération pour lesquels les hommes luttent au cours de l’Histoire : liberté de chercher la vérité, justice dans les rapports humains, distinction sphère privée-sphère du pouvoir, attention aux pauvres et aux persécutés. »

Si cette liberté à été acquise par le christianisme pour nos sociétés, Mgr Minnerath fait le constat de la perte du but premier de cette liberté, qui est de choisir de suivre Dieu. Il revient sur les dérives de la société néo-libérale qui cherche à séparer les trois dimensions de l’homme que sont l’âme, le corps et l’esprit afin d’en faire un consommateur désincarné.

Dans la dernière partie « La terre en héritage », Mgr Minnerath fait la critique d’une économie déconnectée des besoins réels pour le plaisir des riches et le malheur des pauvre. En dépit de cela, le livre se termine se termine sur un message  d’optimisme car l’archevêque français partage la joie et l’espérance que le Christ a mises en l’humanité. Ainsi achève-t-il : « Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa justice ; le reste vous sera donné par surcroît » Matthieu, 6, 33.

Religion, l’heure de vérité de Mgr Roland Minnerath, éditions Artège, 166 pages, 16,90 euros.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]