Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Israël/Palestine : La violence franchit un nouveau cap

Des policiers et des urgentistes israéliens s'affairent autour du corps de l'une des victimes de l'attaque d'un bus à Jérusalem le 13 octobre 2015 © AFP PHOTO / LI RUI
(151013) -- Israeli policeman and staff members work near a victim's body on the site of a bus attack in Jerusalem, on Oct. 13, 2015. At least three Israelis were killed and 26 others injured in four Palestinian attacks in Jerusalem and the city of Ra'anana on Tuesday morning, the Israeli police said. Two Israeli were killed and at least 16 others wounded by two gun and knife-wielding suspects, who attacked passengers on a bus in the Jerusalem neighborhood of Armon HaNatziv, according to police and rescue services officials. Police spokeswoman Luba Samri said paramilitary Border Police stormed the bus, shooting and killing one of the assailants and wounding the other.
Partager

Journée sanglante mardi en Israël. Une série d’attaques au couteau, au pistolet et à la voiture-bélier ont causé la mort de trois Israéliens ; une dizaine d’autres ont été blessés.

« Je n’hésiterai pas à utiliser tous les moyens disponibles pour ramener le calme en Israël » : Benjamin Netanyahu, le visage grave, affiche sa détermination. Le Premier ministre israélien s’exprimait mardi après-midi à la Knesset, le parlement israélien, après une réunion d’urgence de son cabinet, suite aux attaques meurtrières de la journée qui ont surtout visé Jérusalem.

Cinq attaques en une heure

Un premier attentat touche un bus de la ligne 78, à Jérusalem-Est. Deux hommes, armés de pistolets et de couteaux, attaquent les 15 passagers présents, en tuant deux, blessant les autres. L’un des assaillants est ensuite abattu par la police, l’autre blessé. Un peu plus tard, dans un quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem-Ouest, une voiture fonce sur des piétons attendant à un arrêt de bus et en percute deux. Une vidéosurveillance montre ensuite le conducteur sortir du véhicule, et frapper avec un hachoir les deux hommes à terre. L’un d’eux décédera de ses blessures.

Plus tôt dans la journée, deux attaques au couteau ont également eu lieu en banlieue de Tel-Aviv. Cinq Israéliens sont blessés ; les assaillants seront « neutralisés » par des passants. 

Situation explosive

Ces attaques, devenues quotidiennes, s’accompagnent d’affrontements en Cisjordanie entre Palestiniens et armée israélienne, qui a recours aux tirs à balles réelles. La tension est également très vive à la frontière avec Gaza, au point de passage d’Erez, où plusieurs Palestiniens ont été blessés par des tirs israéliens ce mardi. Selon le Croissant-Rouge, une vingtaine de Palestiniens auraient été tués, et quelque 360 autres blessés au cours de ces derniers jours.

« L’intifada des couteaux » ou « l’Intifada de Jérusalem » : ce sont les expressions courantes désormais employées par certains médias arabes et israéliens, ou sur les réseaux sociaux, pour qualifier cette nouvelle vague de violences meurtrières. Autorités israéliennes et palestiniennes se rejettent mutuellement la responsabilité de l’escalade en cours, sans parvenir à l’arrêter. Le gouvernement Abbas semble dépassé par une jeunesse lasse de l’occupation et devenue défiante, pour ne pas dire hostile à une Autorité palestinienne depuis longtemps décrédibilisée.

Le gouvernement Netanyahu quant à lui, soumis à la pression des mouvements nationalistes radicaux, appelle les juifs israéliens à ne pas se faire justice, mais peine là aussi à contenir le mécontentement. La fièvre est également palpable sur Internet, où photos truquées ou détournées, propos haineux et décomplexés contre juifs et Arabes font florès.

Nouvelles mesures répressives

Face à la détérioration de la situation, le cabinet de sécurité israélien a décidé de nouvelles mesures répressives à l’encontre des Palestiniens. La police sera ainsi autorisée à imposer un couvre-feu, voire à boucler les quartiers arabes de Jérusalem-Est en cas de troubles. Le cabinet a en outre autorisé la « démolition des maisons des terroristes » ; leurs propriétés seront par ailleurs confisquées et leur permis de séjour en Israël révoqué. Enfin, plusieurs renforts policiers ont été mobilisés pour assurer la sécurité dans la ville sainte, ainsi qu’à la frontière avec Gaza.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]