Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Davide, 3 mois, plus jeune participant à un synode de toute l’histoire de l’Église

En l’amenant avec eux, ses parents ont fait de Davide le plus jeune participant de toute l’histoire des synodes. © cc-flickr-Mazur-catholicnews.org.uk
En l’amenant avec eux, ses parents ont fait de Davide le plus jeune participant de toute l’histoire des synodes.
Partager

Cadet d’une famille de 12 enfants, le nourrisson accompagne ses parents, invités par le Pape avec 16 autres couples.

Un bébé de 3 mois au milieu des pères synodaux qui discutent « famille ». Cette jolie photo du petit Davide, tout tranquille, dans les bras de sa maman, vient comme adoucir l’ambiance électrique qui plane déjà sur le deuxième volet de ce synode, balisé d’entrée de jeu par un pape François – particulièrement grave et préoccupé – rappelant que ce type d’assemblée n’était « ni un parlement » où l’on « cherche des compromis avant de signer un accord »,  ni « un musée » pour y entreposer la foi et la laisser dépérir.

Le petit Davide est le fils cadet d’une famille de 12 enfants dont l’aîné a 19 ans. Ses parents, Massimo et Patrizia, sont l’un des 17 couples invités aux travaux du synode pour écouter et apporter leur témoignage. « Il a été gentil et a dormi tout le temps », assure la maman entre les interventions du premier jour. En l’amenant avec eux, ses parents ont fait de lui « le plus jeune participant de toute l’histoire des synodes ».

Une famille membre du Chemin néocatéchuménal

Avec leur bébé, Massimo et Patrizia apportent au synode l’expérience d’une famille itinérante au sein d’un mouvement de l’Église reconnu en 2008 par Jean Paul II comme une « école de vie » chrétienne : le Chemin néocatéchuménal. Lancé par deux laïcs dans les années 1960 en Espagne, ce mouvement s’est propagé dans le monde entier et connaît une forte croissance Le 3 mars dernier, le pape François avait accueilli quelque 7 000 membres prêts à partir en mission. « Vous êtes, pour l’Église de notre temps, un don de la Providence », leur avait-il dit plein d’admiration.

Avec ses petites communautés formées d’un prêtre et de quatre ou cinq familles, ce mouvement montre à l’humanité la beauté de l’Évangile, en évangélisant les non chrétiens par leur témoignage de vie. Pour le Pape François, l’Église doit passer d’une pastorale de simple conservation à une pastorale résolument missionnaire, une dimension qui sera largement évoquée durant le synode. « Nous ne sommes pas des théologiens, au synode nous apporterons notre expérience et celle des familles que nous rencontrons dans nos activités diocésaines », confirme un autre couple, père et mère de quatre enfants, mariés depuis 18 ans, et très émus d’avoir été invités à partager leur expérience.

Les 17 couples invités – qu’ils viennent de France, d’Amérique ou d’Afrique – ont pour mission de présenter aux pères synodaux leur réalité concrète, avec tout ce que cela implique pour eux comme efforts, joies mais aussi tourments et incertitudes, dans une société où « les institutions sont fragilisées et les hommes ont peur des engagements définitifs », comme souligné lundi par le rapporteur général du synode sur la famille, le cardinal Peter Erdö, en ouverture des travaux.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]