Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Bud Spencer : « Maintenant, plus que jamais, j’ai besoin de la foi »

Bud Spencer © Flickr/Eric Montfort/Creative Commons
Partager

Le célèbre acteur, âgé de 86 ans, parle de religion et de foi et fait un bilan de sa vie : "J'ai commis tant d'erreurs, maintenant je suis dans les mains du Seigneur".

« Avec qui voudrais-je prendre mon dernier repas ? J’aimerais manger un beau plat de spaghetti en compagnie de Jésus ! » Avec Terence Hill, il a été le héros de nombreux westerns spaghetti. Désormais, l’acteur italien Bud Spencer, dans une récente interview accordée à l’hebdomadaire allemand Welt am Sonntag, l’édition dominicale du quotidien Die Welt, à propos de son nouveau livre Mangio Ergo sum, se confie sur des sujets intimes et particulièrement délicats : son rapport à la religion, à la fin de vie, à l’au-delà.

Besoin de religion

« Dans ma vieillesse avancée, à presque 86 ans, j’ai besoin de la religion, déclare Carlo Pedersoli (son vrai nom), j’ai besoin de la foi. Je crois en Dieu et c’est ce qui me sauve. En revanche, je me suis rendu compte que j’attribuais une grande valeur à ce qui n’était rien : le sport où je voulais m’affirmer, la popularité. Celui qui s’enorgueillit de ces choses, qui ne poursuit que le succès, la célébrité, celui-là n’est qu’un idiot. »

Erreurs et repentir

Bud reconnaît qu’il n’a pas été à proprement parler un saint dans la vie. C’est seulement à présent qu’il prend conscience de ses erreurs passées. « J’ai commis tellement d’erreurs, avec les femmes, avec les amis, des fautes grossières, des folies. Maintenant que j’approche des 86 ans, je vois différemment bien des choses ; la vie m’a appris que ce qui compte vraiment est autre. »

La vie dans l’au-delà

Il n’esquive pas le discours sur la mort. Bien au contraire. « Je suis un passionné de la vie, de chaque jour qui passe, mais la mort ne m’effraie pas. Parce que je crois qu’en fait on ne meurt pas, et que notre âme est toujours vivante après avoir quitté la terre. Ou mieux, j’ai la certitude que la vie continue. Cependant, j’affronterai la mort, en tout cas avec dignité, et avec la même dignité j’affronterai le jugement de Dieu. »

« Je ne suis pas un héros »

Cette même dignité qui le conduit à dire : « Un adieu de héros ne m’intéresse pas. D’ailleurs, je suis un homme ordinaire. La vie est une farce, tant de fumée aux yeux, tant de joies, mais aussi de déceptions. L’héroïsme, dans mon cas, est quelque chose d’artificiel, une fiction. Le véritable héros, c’est celui qui donne sa vie pour son pays et qui, par un geste extraordinaire, protège sa famille. Je n’en fais pas partie ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.