Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Inde : Hindoue, elle a sauvé sept religieuses chrétiennes

© DR
Partager

Satyabhama Nayak a été honorée lors du « jour du Souvenir » qui commémore les attaques d’extrémistes hindous contre les chrétiens dans l’État d’Orissa, en août 2008.

Il y a sept ans, du 25 au 28 août 2008, des hindouistes déclenchaient des « pogroms » antichrétiens dans l’État indien de l’Orissa : plus de 400 villages attaqués et « nettoyés » de leurs chrétiens, 5 600 maisons et 296 églises brûlées ainsi que des dispensaires et des écoles. Ces attaques avaient fait une centaine de morts (mais le gouvernement n’en reconnaît « que » 56) et des milliers de blessés. Des femmes, des jeunes filles et même des religieuses avaient été violées. Au total, 70 000 personnes s’étaient retrouvées sans abri, 56 000 avaient été déplacées. Alerté de l’imminence de ces attaques, le gouvernement n’avait pas donné suite aux demandes de protection des chrétiens.

Des crimes restés impunis

Sept ans après ces événements, la communauté chrétienne se plaint de l’impunité de la plupart des coupables. Selon les chiffres publiés par l’Église locale, sur un total de 3 232 plaintes pour violences, la police n’en a enregistrées que 828. Parmi ces plaintes, seules 327 ont été suivies d’un procès devant un tribunal pour aboutir à 86 condamnations à des peines légères. Les tribunaux ont acquitté 1 597 suspects alors que des milliers d’autres agresseurs n’ont jamais été interrogés par la police (Aleteia).

Pour 90 autres procédures, les enquêtes sont toujours en cours, mais plus le temps passe, plus s’éloigne la chance de réunir des preuves. L’inaction ou, pire, la mansuétude des autorités, a encouragé d’autres crimes contre des chrétiens en Orissa et dans d’autres États comme le Kerala, le Tamil Nadu, le Karnataka, etc. En mars 2014, l’acquittement de six hindouistes violeurs de Sœur Meena Barwa avait soulevé une vague d’indignation (Aleteia).

« Hindous ou chrétiens, nous sommes des êtres humains »

Il s’est heureusement trouvé des personnes compatissantes et héroïques parmi les hindous pour protéger leurs voisins chrétiens. Telle Satyabhama Nayak qui, au péril de sa vie, a caché un groupe de religieuses dans sa maison. Voici son témoignage, recueilli par Vatican Insider (en italien) : « Sept religieuses qui avaient fui à pied dans la campagne se sont précipitées vers ma maison, alors que les rebelles se déplaçaient à proximité. Certaines étaient blessées, toutes étaient terrifiées. Moi aussi, j’étais effrayée et je priais Dieu pour qu’Il nous sauve, elles et moi, car les extrémistes étaient sans pitié pour ceux qui aidaient les chrétiens. (…) Un de mes voisins m’a conseillé de chasser les sœurs mais j’ai refusé. Hindous ou chrétiens, nous sommes tous des humains. Le lendemain, nous sommes parvenues à nous enfuir et à nous cacher dans la forêt. Nous y sommes restées trois jours, en compagnie d’autres chrétiens, trois jours de grande peur avant que la police n’arrive enfin. Grâce à la providence de Dieu, nous avons été sauvés ».

Satyabhama Nayak a été honorée au cours de ces commémorations où alternent des réunions, des marches pour la paix et des veillées de prière.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]