Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 17 juin |
Saint Hervé
home iconActualités
line break icon

Abbé Grosjean à Paray-le-Monial : « Dieu nous a choisis ici et maintenant pour participer à Son œuvre »

Aleteia / Sarah Le Blanc

Abbé Grosjean

Mathilde Rambaud - Publié le 16/07/15

À Paray-le-Monial, l'abbé Grosjean a invité les 25-35 ans à "être dans le monde sans être du monde".

"Notre génération est en train de vivre un double bouleversement, spirituel et moral", a annoncé d’emblée l’abbé Pierre-Hervé Grosjean sous la grande tente de Paray-le-Monial, le 14 juillet dernier, dans un enseignement consacré aux fondements spirituels de l’engagement. "Notre vieux pays chrétien va avoir, dans les années qui viennent, une population qui ne sera plus majoritairement chrétienne. Un tiers seulement des Français sera baptisé, ce qui nous met à contre-courant : la France va devenir une terre de mission", a-t-il conclu.

La double tentation de la dilution et de la crispation

Face à ce double constat, cette double crise, deux tentations spirituelles s’offrent au chrétien : la dilution – "C’est épuisant d’être toujours à contre-courant, a reconnu le jeune curé versaillais, et l’on peut être tenté de chercher un christianisme dilué, de faire disparaître ce qui est un signe de contradiction pour créer un christianisme acceptable pour le monde" – ou la crispation – "À force de ‘s’en prendre plein la figure’ et de voir le monde s’abîmer, on peut être alors tenté par un ‘exil intérieur’ qui fait que l’on se retire du monde et qu’on le laisse se perdre seul : c’est la mentalité du getho". "Nous sommes tout aussi perdants dans un cas que dans l’autre, a affirmé l’abbé Grosjean. La dilution et la crispation provoquent la même conséquence : je renonce à croire que je peux influer sur le monde ou y prendre une part active. Il y a de la désespérance dans les deux cas", a-t-il prévenu.

La voie du Christ : être dans le monde sans être du monde

"Le Christ nous appelle à une troisième voie qui n’a pas bougé depuis 2 000 ans. Le soir du Jeudi Saint, le Seigneur Jésus fait en quelque sorte son testament spirituel. Il s’arrête et se met à prier : ‘Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais. Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde. Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité. De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde’ (Jn 17, 15-18, ndlr). Voilà la clé : cette phrase éclaire toute notre vie de chrétien dans le monde." 

Ne laissez pas le monde juger de la valeur de vos engagements

"L’horizon du chrétien est le Ciel pas cette terre, a rappelé l’intervenant. Ce n’est pas abstrait ce que je vous dis : si tous vos engagements, aussi simples soient-ils, participent à entraîner les autres vers le Ciel, ils sont bons. Cette perspective ne doit pas nous couper de la terre mais orienter notre action. Dieu seul est mon juge ; Dieu seul sait ce qu’il y a dans le fond de mon cœur. Ne laissez pas le monde juger de la valeur de vos engagements."

Ne pas être du monde, signifie également un changement de paradigme : "Nos engagements prennent place dans une histoire bien plus grande : l’Histoire Sainte de Dieu. Quels qu’ils soient, ils participent à l’œuvre de Dieu qui est bien plus grande que nous et nous dépasse. Et le combat est déjà gagné, au-delà de nos échecs et de nos victoires. Nous sommes dans le camp des gagnants : en êtes-vous persuadés ?! Êtes-vous dans le camp du Christ ?!". Et le jeune prêtre de confier ce précieux conseil : "Suivez votre conscience, faites ce que vous devez faire et soyez fidèles. Mais surtout, n’attendez pas la reconnaissance du monde". 

Si le Christ Lui-même ne s’est pas découragé, nous ne pouvons pas renoncer

"Nous ne pouvons pas renoncer, déserter ce monde ou s’en décourager, car Dieu Lui-même ne s’est jamais découragé de ce monde, a rappelé le co-fondateur de Padreblog. Certes, tout n’est pas beau dans ce monde : le Seigneur connaît ses blessures et voit le combat et l’adversaire. Mais Il continue à regarder la terre comme un monde à sauver et à aimer. S’Il ne s’est pas découragé, nous ne pouvons pas nous décourager non plus."

"Arrêtez de vous plaindre des médias ou des politiques, a exorté le jeune prêtre habitué des plateaux télé, mais utilisez ce temps pour agir ! La théorie du complot est une excuse pour la paresse. Au lieu de déplorer l’action des francs-maçons, soyez meilleurs qu’eux ! Arrêtez d’accuser les pantins du Malin d’être malins. Demandez vous plutôt pourquoi vous n’êtes pas meilleurs. Pourquoi les chrétiens avons-nous délaissé l’idéal de changer le monde ?, s’est-il interrogé. Pourquoi nous n’y croyons pas et laissons les autres le faire ? À quelques-uns on peut changer le monde ! Vous devez rêver et croire que quel que soit votre emploi, si vous agissez pour le bien, alors vous allez pouvoir changer cette petite parcelle du monde qui vous est confiée. Voyez en grand votre vie, soyez persuadés qu’à quelques-uns on peut changer sa ville ou son entreprise et avoir une influence sur ce qui nous entoure. ‘L’avenir appartient aux minorités créatives’, a souvent répété Benoît XVI. Minorité ça c’est fait, mais qu’en est-il du ‘créative’ ?"

N’attendez pas d’être parfaits pour vous engager

"La nostalgie n’est pas chrétienne, a souligné le curé versaillais. Dieu nous a choisis ici et maintenant, vous Lui demanderez pourquoi. J’entends parfois certains dire que ‘c’était mieux avant’. Qu’en savez-vous ? Il faut accepter l’imperfection de ce monde et surtout arrêter de culpabiliser en permanence. Bien sûr qu’il y a de l’orgueil dans ce que nous faisons : chez moi aussi ! Mais ce n’est pas grave. Laissez le Bon Dieu faire le tri et purifier tout cela, et n’attendez pas d’être parfaits pour vous engager. On ne devient pas un saint en deux secondes : la sainteté c’est justement de persévérer, de se relever, de vouloir ce petit mieux chaque jour."

Et le "padreblogueur" de conclure en confiant un dernier conseil de prêtre : "La prière et la confession sont nécessaires pour ne pas devenir un activiste et mettre notre action entre les mains de Dieu. Acceptez de vous laisser aider. Bienheureux les pères et mères de famille, les couples et tous ceux qui s’engagent à contre-courant et qui savent demander de l’aide. Laissez-vous aider. Dieu révélera au monde Sa puissance à travers nos faiblesses".

Tags:
Abbé Grosjeanengagementparay le monial
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-MAYLINE-MIRACLE-EMMANUEL TRAN
Agnès Pinard Legry
La guérison de Mayline, le miracle attribué à Pauline Jaricot
2
Brother, Sister, Family
Edifa
Parents, évitez ces erreurs avec votre aîné
3
Mathilde de Robien
Après des infidélités et une séparation, comment Jésus a finaleme...
4
Anna Gebalska-Berekets
Sœur Julie, l’ange de la bonté des camps nazis
5
Agnès Pinard Legry
Les punchlines de Mgr Aupetit face à Jean-Jacques Bourdin
6
ROSE
Robert Cheaib
Avant de tomber amoureux, mariez-vous !
7
Mathilde de Robien
La plus belle question à poser à votre conjoint le soir en rentra...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement