Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Don Salvatore, le jeune prêtre malade béni par le Pape, est décédé

© Public Domain
Partager

Ordonné prêtre il y a deux mois et demi, Salvatore Mellone avait reçu la bénédiction du pape François. Hommage à sa vocation tardive mais exceptionnelle…

Salvatore Mellone, 39 ans, originaire de Milan (Italie),
ordonné prêtre le 16 avril dernier alors qu’il est en phase terminale d’une longue maladie, est décédé à l’hôpital le 29 juin dans l’après-midi. Ses funérailles seront célébrées cet après-midi par l’archevêque de Trani-Barletta-Bisceglie (dans les Pouilles) Mgr Giovanni Battista Pichierri, à la même paroisse du Très-Saint-Crucifix de Barletta où le jeune prêtre fut ordonné deux mois auparavant devant des milliers de personnes. Pour Salvatore Mellone, entré au séminaire en 2011, l’Église avait fait une exception en anticipant de deux ans son ordination qui aurait dû avoir lieu au bout de six années d’étude.

Une vocation tardive mais exceptionnelle

"Sa vocation est une vocation tardive, mais très forte", avait commenté le porte-parole du diocèse de Trani, Riccardo Losappio, le jour de son ordination. Deux jours auparavant, le jeune futur prêtre avait reçu un coup de téléphone du pape François : "Salvatore, je suis de tout cœur avec toi", lui avait-il dit, ajoutant :
"Tu seras ordonné et tu célébreras la messe. Et la première bénédiction que tu donneras comme prêtre sera pour moi"
.  Et les premières paroles du tout jeune prêtre furent effectivement pour lui : "Que la bénédiction de Dieu Tout-Puissant descende sur le Pape", avait-il dit lors sa première messe.

La réalisation du projet de Dieu

Bien qu’épuisé par la maladie – un cancer à l’œsophage –, Salvatore continuait de célébrer des messes chez lui. "Être prêtre est une belle chose", disait-il aux personnes qui défilaient chez lui par petits groupes et qu’il avait plaisir chaque fois à accueillir. Quand son état s’était aggravé, il avait fait savoir à son supérieur qu’il désirait compléter son parcours de formation avant de mourir. "Les motivations de Salvatore ne sauraient se réduire à un simple désir personnel de devenir prêtre, disait le communiqué du diocèse de Trani pour expliquer l’anticipation de son ordination, elles sont soutenues et appuyées par un soigneux discernement de sa vocation qui ne l’a jamais lâché et s’est renforcée au fil de sa maladie. Un seul jour comme prêtre aurait été pour lui la réalisation du projet de Dieu sur sa personne."

 

"La souffrance avait donné à Salvatore la perception d’être en profonde communion avec le mystère du Christ, poursuivait le communiqué, et il l’exprimait dans l’amour qu’il portait aux personnes les plus souffrantes. Il passait beaucoup de temps dans les hôpitaux et, malgré ses souffrances, trouvait toujours du temps et les mots justes pour consoler et insuffler espoir aux personnes souffrantes autour de lui. De cette forte expérience est né en lui le désir d’aider les malades pauvres, ceux qui vivent leur maladie dans la solitude physique et spirituelle, et dans la précarité matérielle."

 

Quelques jours avant sa mort, Salvatore a exprimé le désir que ses obsèques "aient lieu à la Lumière du Christ ressuscité, soient animées de chants d’espérance et que la liturgie soit célébrée en blanc pour qu’elles rappellent la joie, la fête, la vie".
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]