Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pourquoi voit-on un chat sur de nombreuses peintures de la Cène ?

© Public Domain
Partager

Un indice : le petit animal est souvent placé près de Judas, le traître par excellence…

Dans l’iconographie chrétienne, on trouve la présence symbolique du chat, surtout dans les représentations de la Cène : en effet, il est souvent placé près de Judas, symbole du traître par excellence. On peut le voir, par exemple, dans la fresque de Ghirlandaio, au Musée national San Marco à Florence et dans le tableau de Jacopo Bassano, dans la galerie Borghèse de Rome. Judas est reconnaissable à sa main gauche crispée sur la bourse des trente deniers.

Dans d’autres peintures, le chat est représenté bataillant avec un petit chien – par exemple, dans la fresque de Cosimo Rosselli, dans la chapelle Sixtine et dans la peinture de Girolamo di Romano, dit "Il Romanino", dans le réfectoire de Sainte-Justine de Padoue. Le chien, au Moyen Âge, symbolisait la fidélité ; par conséquent, il est probable que la bataille avec le chat représentait le combat entre le bien et le mal. En effet, dans la Cène, Jésus anticipe sa Passion et sa mort,  décrites comme la victoire du Christ sur le prince de ce monde, le diable, ou comme la victoire sur le mal ou la haine.

Cependant, comme chacun sait, en dépit de la signification négative que le chat revêtait dans ces œuvres d’art, l’adorable petit animal n’a rien de diabolique ; c’est une créature que Dieu nous donne à aimer, et il sait parfaitement payer de retour l’affection qu’il reçoit. 

Adapté du portugais par Élisabeth de Lavigne

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]