Aleteia

« Aucun jeune désirant participer aux JMJ ne devrait abandonner faute d’argent »

© Communauté catholique Shalom
Partager
Commenter

Le père João Chagas nous parle des Journées mondiales de la jeunesse 2016, qui se dérouleront à Cracovie, en Pologne.

Lors d’une première rencontre avec les médias, le père João Chagas, responsable des JMJ au Conseil pontifical pour les laïcs, s’est confié sur le lieu de la vigile et de la messe finale du rassemblement de Cracovie en 2016, la manière dont les jeunes qui ont le désir de participer doivent se préparer, les demandes du Pape pour cette rencontre ainsi que la Porte Sainte construite pour l’occasion et sous laquelle les participants seront invités à passer.

Le champ de la Miséricorde

C’est très intéressant de réaliser que les travaux de préparation de ce qui sera appelé le "champ de la Miséricorde" sont déjà très avancés. J’y étais allé l’année dernière : les herbes étaient hautes et nous nous étions demandés si cela allait être possible d’organiser la vigile et la messe finale à cet endroit. Aujourd’hui, en voyant déjà le terrain davantage prêt, nous arrivons presque à contempler cette foule de jeunes qui, en juillet 2016, sera là sur le champ de la Miséricorde à Cracovie. 

La préparation des jeunes

En tout premier, les jeunes doivent avoir le désir de participer à ces JMJ. Parfois, nous pouvons vouloir mais dire juste après : c’est impossible ! Mais c’est une caractéristique de la jeunesse : lorsqu’ils entendent que quelque chose est impossible, ils font tout pour le réaliser. "J’y suis allé et je l’ai fait." Les jeunes aiment les défis. Je pense qu’aucun jeune désirant participer aux JMJ ne devrait abandonner faute d’argent. Il devrait commencer à penser et à prier, pour voir s’il n’existe pas une manière concrète, intelligente, de trouver des ressources pour participer aux JMJ. Et, cela, il faut le faire à plusieurs, dans un groupe de prière, la paroisse, la communauté… Ensemble nous sommes plus forts. Comment peut-on se préparer ensemble pour participer aux JMJ, comme groupe ? Ou, si le groupe entier ne réussit pas à y aller, il faut au moins travailler pour envoyer ne serait-ce que quelques représentants. 

Les demandes du Pape

Le président de notre dicastère, le cardinal Rylko, rencontre régulièrement le Pape et il tient François au courant. Par exemple, je pense qu’en ce moment il doit l’informer du désir de vivre aussi le Jubilé de la Miséricorde à Cracovie. Comme il est prévu que les jeunes cheminent à partir d’un point de la ville jusqu’au sanctuaire de la divine Miséricorde, nous espérons qu’ils puissent vivre là le Jubilée et jouir de toutes les grâces qui seront dispensées en cette année. Il existe une harmonie entre ce qui se prépare pour les JMJ et ce que l’Église est en train de vivre : par exemple, l’Année Sainte de la Miséricorde, qui fut annoncée après le choix du thème des JMJ de 2016. Cela montre qu’il y a une harmonie spirituelle et de programmation entre ce que nous faisons au sein du Conseil pontifical pour les laïcs et les propositions du Pape. 

La Porte Sainte des JMJ

À Cracovie, il y a deux sanctuaires, de deux grands apôtres de la Miséricorde : celui de saint Jean Paul II, qui est en cours de construction, presque prêt, à proximité du sanctuaire de la divine Miséricorde (lié à sainte Faustine Kowalska, ndlr). Il est très probable qu’il y aura là aussi une grande Porte Sainte, un grand portail, par où les jeunes pourront passer et réaliser cet acte symbolique. 

Traduit du portugais par Marie Teilhe
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]