Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

État islamique : les djihadistes s’introduisent au Pakistan

© A MAJEED / AFP
PAKISTAN-UNREST-SCHOOL-PROTEST Pakistani relatives of schoolchildren killed in a Taliban attack on the Army Public School (APS) react as they protest against delays in the investigation in Peshawar on February 7, 2015. The December 16, 2014 attack on the Army Public School in Peshawar by a group of gunmen and suicide bombers prompted a bout of national soul-searching even in a country used to high levels of militancy, with the government moving to scrap a moratorium on executions and establish military courts. AFP PHOTO / A MAJEED
Partager

Une attaque revendiquée par Daesh à Karachi fait craindre une nouvelle expansion du groupe terroriste.

Le 13 mai 2015 à Karachi – Sud du Pakistan – plusieurs hommes armés ont pris d’assaut un bus peuplé d’ismaéliens, membres de la minorité chiite, et exécuté 45 d’entre eux. C’est la première attaque terroriste à avoir été revendiquée par l’autoproclamé État islamique (EI) – ou Daesh en arabe – dans ce pays. Cette organisation ne s’appelle pas elle-même Daesh, mais revendique un nouveau "califat" et appelle tous les musulmans à la rejoindre. Le territoire qu’elle contrôle est situé à des milliers de kilomètres du Pakistan, en Irak et en Syrie.

Les attraits du "califat"

Pourtant, les terroristes qui ont mené l’attaque ne sont pas des membres originels de l’EI. Ils étaient structurés au sein d’une organisation terroriste pakistanaise nommée Lashkar-e-Jhangvi (LeJ). Il s’agit d’un groupe armé violemment anti-chiite qui a manifestement choisi de rejoindre symboliquement le pseudo califat. Selon l’un des enquêteurs pakistanais, interrogé par l’AFP sous couvert d’anonymat, cet attentat a été commis par le LeJ pour attirer l’attention et le soutien financier de l’organisation État islamique.

Les talibans tentés par Daesh

Les succès du "califat" secouent le Pakistan, fragilisé par la présence sur son sol de centaines de groupes armés incontrôlables. Au mois d’octobre 2014, ce sont les talibans du Pakistan qui ont affirmé leur soutien à Daesh, très officiellement, par la voix de leur porte-parole Shahidullah Shahid : "Tous les musulmans du monde mettent de grands espoirs en vous… Nous sommes avec vous, nous vous fournirons en combattants et en tout ce qui pourrait vous soutenir". Plus largement encore, les jeunes combattants qui rêvent de djihad se tournent désormais plus facilement vers l’EI et le Moyen-Orient que vers les talibans et Al-Qaïda. Ce sont des jeunes gens qui ont souvent fait des études supérieures, adeptes des réseaux sociaux, dont beaucoup font des allers-retours en Irak et en Syrie pour participer à l’extension du Califat. Dans l’affaire du bus d’ismaéliens, le gouvernement pakistanais affirme avoir arrêté quatre suspects "très éduqués" le 20 mai. Ils auraient avoué leur implication, et l’un d’eux est diplômé de la plus prestigieuse école de commerce du pays, l’IBA de Karachi.

Le drapeau noir jusqu’au Cachemire !

Le drapeau noir du "califat" a été brandi jusque dans la partie indienne du Cachemire, provoquant la colère des autorités. Cette région est un lieu stratégique pour l’expansion fantasmée du "califat" par ses dirigeants. Le "nouveau calife", Abou Bakr al-Baghdadi ne 
vise rien moins que d’étendre son territoire sur l’ensemble de la terre, mais il donne un premier objectif pour les cinq prochaines années (voir carte). Pour dominer l’Inde et l’Iran, le Pakistan constitue une place stratégique, qui bénéficie par conséquent de l’attention et du financement du "calife". 
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]