Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

En 60 ans, James Harrisson a sauvé la vie de 2 millions de bébés

© Capture d'écran / CNN
Partager

Depuis près de 60 ans, cet Australien de 78 ans donne son sang inlassablement. Il a déjà sauvé des millions de vies humaines grâce à un mystérieux anticorps présent dans son organisme.

Comme seulement 1% de la population mondiale, le groupe sanguin de James Harrisson est AB positif et a la particularité de contenir de mystérieux anticorps, capables de sauver la vie de nourrissons. Chaque semaine, depuis 60 ans, cet Australien de 78 ans donne son sang. Il a ainsi sauvé d’une mort certaine pas moins de 2 millions de bébés.

Sa vie sauvée par des inconnus

Tout commence pour James en 1951, alors qu’il n’a que 14 ans. Gravement malade, il doit subir l’ablation de l’un de ses poumons. Au cours de cette lourde opération, 13 litres de sang vont lui être transfusés. "Mon père m’a dit que ma vie avait été sauvée par des inconnus", confie-t-il à la chaîne de télévision CNN. À partir de ce jour, lui qui ne supporte pourtant pas la vue du sang, prend la décision de rejoindre ces généreux "inconnus".Très vite, les médecins constatent que son sang possède un anticorps hors du commun qui peut sauver des vies.
En effet, jusque dans les années 70, l’Australie doit faire face à une forte mortalité infantile due à la maladie Rhésus, ou maladie hémolytique du nouveau-né : une
incompatibilité des rhésus entre la femme enceinte et son fœtus. Cela survient pendant la grossesse si la mère a un rhésus négatif alors que l’enfant qu’elle porte a un rhésus positif hérité du père. Les anticorps maternels interviennent alors contre les globules rouges de l’enfant, ce qui peut provoquer des dommages au cerveau, voire conduire à la mort du fœtus. Près de 17% des femmes en Australie sont concernées par ce problème.

"L’homme au bras d’or"

Mais cette incompatibilité peut être efficacement combattue par une injection préventive d’immunoglobulines spécifiques appelée "Anti-D". Dès les années 60, James se met à la disposition des médecins pour en produire grâce à son sang peu ordinaire. Depuis, chaque lot d’Anti-D en Australie, donné aux mamans dont le sang risque d’attaquer leur enfant à naître, est fabriqué avec le sang de James. Cela représente plus de 1 000 dons de plasma et la Croix-Rouge australienne estime cela aurait permis de sauver environ 2 millions de bébés. Un sacré palmarès qui lui a valu d’être surnommé "l’homme au bras d’or" !

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]