Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 29 juillet |
Sainte Marthe
home iconActualités
line break icon

Aujourd’hui, en Europe, acheter un enfant coûte 49 000 euros

Public Domain

http://pixabay.com/en/adorable-baby-beautiful-child-cute-21998/

Grégor Puppinck - Publié le 26/04/15

Un député européen polonais vient de le dénoncer devant le Conseil de l’Europe : il est à présent possible, en Europe, d’acheter « légalement » un enfant via la GPA.

Le Comité des ministres – qui regroupe les ambassadeurs des 47 États membres du Conseil de l’Europe – vient d’être saisi par le député polonais Krzysztof Szczerski d’une question écrite (No. 682, Doc. 13765) relative à « la lutte contre la vente d’enfants nés de mère porteuse ». Le député dénonce le fait qu’il soit à présent possible en Europe d’acheter « légalement » un enfant au moyen de la GPA et demande au Comité des ministres les mesures qu’il entend prendre pour garantir l’effectivité de l’interdiction de la vente d’enfants dans les États membres du Conseil de l’Europe. La vente d’enfants est en effet interdite par le droit européen et international, et le trafic d’enfants, notamment  « la conception d’enfants aux fins d’adoption », a souvent été dénoncée par l’Assemblée européenne.

49 000 euros pour un enfant

Dans cette question, le député fait référence à une affaire jugée récemment par la Cour européenne des droits de l’homme concernant un enfant produit sur commande et vendu 49 000 euros à un couple d’Italiens par l’entreprise moscovite Rosjurconsulting, spécialisée en GPA. Cet enfant n’avait aucun lien génétique avec les italiens. Dans sa question, le député souligne que les autorités russes n’ont engagé aucune poursuite contre l’entreprise, ni introduit aucune législation afin de prévenir ce type de ventes d’enfants à l’avenir, contrairement à l’Italie qui a engagé des poursuites contre le couple.

Une réponse dans les six mois

Le Comité des ministres – qui exerce notamment un rôle de surveillance du respect par les États membres de la démocratie, des droits de l’homme et de l’État de droit – devra répondre dans les six prochains mois. Ce sera une question délicate en raison des débats européens actuels relatifs à la GPA. L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe s’est aussi saisie d’une proposition de Résolution (Doc. 13562) portant sur les « Droits de l’homme et les questions éthiques liées à la gestation pour autrui ». Celle-ci déclare sans ambiguïté que « la gestation pour autrui porte atteinte à la dignité humaine de la femme enceinte, dont le corps et la fonction de procréation sont utilisés comme une marchandise » et « aux droits et à la dignité humaine de l’enfant, parce qu’elle a pour effet de faire du bébé un produit. » Elle invite l’Assemblée à examiner les liens de cette pratique « avec la santé génésique des femmes, la traite des êtres humains et les droits des enfants, et [à] réfléchir à des outils pour traiter ce problème ».


Un cadre juridique russe imprécis

Cette question vise en particulier l’imprécision du cadre juridique russe en matière de GPA ; pratique que le Patriarche de Moscou a dénoncé en janvier dernier devant la Douma en affirmant que « la conscience morale ne peut pas accepter la légalisation des « maternités de substitution » qui font des enfants et des femmes des objets de transaction commerciales ou non-commerciales, pervertissant les notions de maternité, le mystère des relations familiales et leur sainteté ».

Une audition au Conseil de l’Europe

Une conférence organisée par « No Maternity Traffic » au Conseil de l’Europe a par ailleurs eu lieu mercredi 22 avril, lors de la session de l’Assemblée parlementaire. Son thème : « La mère et l’enfant dans le cadre de la gestation pour autrui » : audition au Conseil de l’Europe. » Trois aspects spécifiques de la gestation pour autrui ont été mis en évidence au cours de cette conférence d’une heure présidée par le député Valeriu Ghiletchi (PPE, Moldavie). Cette audition s’est tenue alors que l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe s’est saisie d’une proposition de résolution (Doc. 13562) portant sur les « Droits de l’homme et les questions éthiques liées à la gestation pour autrui ».

  • 1
  • 2
Tags:
Europepma gpa
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Christophe Dickès
Traditionis Custodes : « La diversité des rites fait la richesse ...
2
POPE FRANCIS
La rédaction d'Aleteia
Une indulgence plénière accordée ce dimanche 25 juillet
3
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
4
ELDERLY MAN
Philip Kosloski
Ce psaume qui souligne avec justesse la beauté de la vieillesse
5
HAPPY
La rédaction d'Aleteia
La prière des grands-parents
6
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
7
MARIAGE
Timothée Dhellemmes
Pass sanitaire : quelles sont les règles pour les mariages ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement