Aleteia

Lituanie : La Colline des Croix qui a défié et fait plier la tyrannie de l’athéisme soviétique

arquivodeviagens.com
Partager
Commenter

Haut lieu de la résistance lituanienne, cette colline entièrement recouverte d'innombrables croix de bois ou de fer rappelle aux visiteurs la foi d'un peuple catholique et sa fidélité à l'Église.

La Lituanie compte parmi les nombreux pays qui sont restés pendant cinq décennies sous la poigne de fer de l’Union soviétique. Il y a, au Nord-Est du pays, un endroit précis qui a particulièrement souffert de la brutalité de l’idéologie soviétique, marquée par l’absolutisme antireligieux.  


Il s’agit d’une simple colline, toute proche de la ville de Siauliai, haut lieu de la nation lituanienne. Au XIVe siècle, alors que la région appartenait à l’Empire russe, la population locale s’était révoltée contre le tsar qui empêchait les familles d’honorer leurs défunts. Le peuple planta alors des croix sur la colline en mémoire de ses morts. 

Rasée trois fois par les soviétiques, toujours reconstruite

En 1960, le KGB décréta la fin de cette pratique. Mais, en avril 1961, les croix sur la colline étaient encore plus nombreuses : à travers elles, les Lituaniens n’honoraient pas seulement la mémoire de leurs défunts, mais aussi celle de leurs concitoyens déportés en Sibérie sur ordre de Staline. Les soviétiques brulèrent les croix en bois et détruisirent celles en métal et en pierre. Il n’en resta pas une seule intacte. Mais, dès le lendemain, la Colline des Croix renaissait, à nouveau recouverte de croix : la nuit, les chrétiens les replantaient. L’Union soviétique, s’acharnant sur ce symbole, détruira le site par trois fois, mais les catholiques de Lituanie ne renoncèrent pas à témoigner de leur foi, malgré la présence de l’armée rouge.  

Le gouvernement bloqua les accès à la colline et alla jusqu’à lancer de fausses alertes d’épidémies dans la région. Rien n’y fera. Les Lituaniens ne se rendirent pas : chaque fois que les croix étaient détruites ou retirées, ils recommençaient et en dressaient à nouveau sur la colline. En 1979, un prêtre particulièrement courageux organisa une procession de sa paroisse jusqu’à la colline. Le KGB ne put rien faire pour l’en empêcher, comprenant que ce serait même pire. Et, à partir de 1985, les autorités renoncèrent et laissèrent les croix en paix et en place. Lors de l’effondrement de l’Union soviétique, la Colline des Croix comptait plus de 100 000 crucifix et icônes sacrées. 

Un témoignage et un avertissement

Dans les années 1990, un sanctuaire s’éleva sur la colline, qui attira des foules du monde entier. Parmi les pèlerins, et non des moindres, le pape saint Jean Paul II qui, en 1993, déclara : « Après cette visite, la vérité exprimée par le Concile Vatican II nous apparaît plus clairement à nous tous : l’homme ne peut se comprendre profondément sans le Christ et sans sa Croix. La Colline des Croix est un témoignage éloquent de cela et aussi un avertissement. L’éloquence de ce sanctuaire est universelle : c’est une parole écrite dans l’histoire de l’Europe du XXe siècle ». 

La Colline des Croix, qui résista aux pouvoirs tyranniques de ce monde, est encore debout. Il est aujourd’hui impossible de dire combien de millions de croix de toutes tailles il y a sur le site, des centaines s’ajoutant quotidiennement. C’est la raison pour laquelle la Lituanie est parfois appelée « le pays des croix ».

Article rédigé avec des informations du site Christo Nihil Praeponere, du père Paulo Ricardo
Adapté du portugais par Élisabeth de Lavigne

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]