Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

25 000 djihadistes internationaux, selon l’ONU

DR / Twitter
tract djihadiste
Partager

L’Organisation des Nations Unies estime à « plus de 25 000 » les djihadistes internationaux dans les rangs des milices islamistes. Leur nombre a explosé depuis un an.

Un rapport de l’ONU réalisé par un panel d’experts estime à 25 000 le nombre de combattants étrangers actuellement engagés dans les conflits armés aux côtés des milices islamistes en Irak, Syrie et Libye. « Le rythme du flux est le plus élevé que l’on ait jamais vu, et se fait principalement en direction de la Syrie et de l’Irak, avec un problème grandissant qui est également évident en Libye », relève ce rapport obtenu par l’AFP.

Une internationale djihadiste

Le phénomène serait d’une ampleur inédite, dépassant de loin les engagements de ce type en Afghanistan où 1 000 à 1 500 combattants étrangers étaient comptabilisés, et même l’Irak où, depuis 2003, on évaluait leur nombre à 4 à 5 000. Les experts de l’ONU estiment qu’il y a eu une augmentation de 71% du nombre de combattants étrangers entre le milieu de l’année 2014 et 2015. La Syrie et l’Irak, principales destinations, seraient devenues, selon ce rapport, des « écoles de perfectionnement des extrémistes », à l’image de ce qui se passait en Afghanistan dans les années 1990.

Portrait du djihadiste

Les principaux "fournisseurs" de djihadistes internationaux sont les pays du Maghreb, puis l’Europe. Fait étonnant, la Tunisie arrive à la première place des pays pourvoyeurs de combattants, alors qu’elle compte moins d’habitants que ses voisins. Première parmi ceux qui ont expérimenté les Printemps arabes, elle est montrée en exemple. Mais les problèmes sociaux – chômage, marginalisation, précarité économique, frustration – n’ont pas disparu comme par enchantement après la révolution. Les déclassés, diplômés sans travail ou marginalisés, tentent parfois une aventure qui, à leurs yeux, leur permettra de prouver leur véritable valeur. L’évolution de la société tunisienne ne leur conviendrait pas et ils en accuseraient l’Occident, qu’ils partent combattre sur le front.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]