Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Un lobbyiste de Monsanto se ridiculise à la télévision

Partager

Quand le lobbyiste Patrick Moore refuse de boire une substance qu'il prétend pourtant inoffensive pour la santé...

C’est ce que l’on appelle tendre le bâton pour se faire battre… Dans l’émission Special Investigation, diffusée sur Canal+, un reportage sur les OGM et pesticides abordait la question du glyphosate : l’herbicide contenu dans le Round’up, produit phare de Monsanto. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de le classer parmi les pesticides potentiellement cancérigènes. Hors des frontières de l’Union européenne, le glyphosate est pourtant utilisé sur des cultures agricoles génétiquement modifiées pour tolérer un herbicide. Le problème est que plus la plante le tolère, plus elle en absorbe et plus nous en consommons…
 

Vous en prendrez bien un petit verre ?

Dans cet extrait, on suppose que le journaliste a demandé à son interlocuteur si celui-ci pensait que le glyphosate était source de cancers en Argentine. Ce à quoi Patrick Moore, lobbyiste de Monsanto et ancien directeur de Greenpeace, ose répondre : « Je ne crois pas que le glyphosate puisse provoquer des cancers en Argentine. Vous pouvez en boire un verre entier, cela ne vous fera aucun mal ! ». Le journaliste semble ne pas en croire ses oreilles et lui rétorque : « Vous voulez en boire ? Nous en avons ici ».

Patrick Moore reste d’abord fidèle à son devoir de lobbyiste : « J’en serais ravi », et semble tout à coup réaliser ce qu’il vient de répondre. Il se ravise donc : « Non… Enfin… Pas vraiment. Mais je sais que cela ne me ferait aucun mal ». Le journaliste de Special Investigation se jette alors dans la faille : « Si vous réagissez ainsi, alors que j’ai du glyphosate avec moi, c’est que vous admettez que ce produit est dangereux ! ». Patrick Moore, désarçonné, finit par mettre un terme à l’interview en insultant le professionnel. Une belle démonstration des méthodes de lobbying, risibles… et inquiétantes à la fois.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]