Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

35 ans après, le Salvador célèbre la mémoire de Mgr Óscar Romero

© STR / AFP
People look at a portrait of Monsignor Oscar Arnulfo Romero at the cathedral of San Salvador on October 26, 2014. Monsignor Romero will be canonized on 2015. AFP PHOTO / STR
Partager

Le 24 mars marque le jour de l'assassinat de Mgr Romero, mort en martyr, victime de ses prises de position contre le régime dictatorial du Salvador.

Connu pour ses prises de position contre le régime militaire du Salvador dont il dénonçait les méthodes, le haut prélat se savait particulièrement menacé. « Si l’on me tue, je ressusciterai dans mon peuple », disait-il. Le 24 mars 1980, Mgr Romero tombait en martyr, alors qu’il célèbrait la messe en la chapelle de l’hôpital de la Divine-Providence.
 

« C’est mon sang qui est rouge »

Cette année là, le célèbre reporter de guerre Patrick Chauvel, qui ne connaît rien de la répression militaire qui ravage alors le Salvador, part à la rencontre de ce prélat hors du commun dans l’espoir d’obtenir un scoop. Il ne le sait pas encore, mais il le suivra pendant ses derniers instants. Le journaliste français en témoigne dans son livre Les pompes de Ricardo Jesus (Éd. Kéro, 2012). Les présentations à peine faites, Mgr Romero lui révèle sa grande âme : « Voyez-vous, moi, j’ai honte de mon pays qui s’entretue et à la fois je suis fier de ceux qui se révoltent. C’est terrible d’être un homme d’Église dans ces circonstances. "L’archevêque rouge", comme ils m’appellent. C’est mon sang qui est rouge, et il bout devant tant d’injustice et de malheurs ». Patrick Chauvin prend toute la mesure de cet homme hors du commun : « J’observe son visage de tribun, il s’en dégage une impression de douceur et de force », écrit-il. L’entretien s’achève sur ces mots de Mgr Romero : « Venez demain. Je donne une messe dans la chapelle de l’hôpital, ensuite, quand je serai avec mes frères salvadoriens autour de moi, vous pourrez faire des photos. Rassemblés dans la souffrance, ils se ressemblent tous, militaires, policiers et civils. C’est à ce moment-là que je peux les réunir autour de Dieu. Venez, et vous verrez que l’on peut espérer ! ».

Un silence absolu

Le lendemain, Chauvel est au rendez-vous. Il décrit une « chapelle pleine à craquer » et entend très distinctement la détonation qui interrompt l’homélie de Mgr Romero suivi « d’un silence absolu, où le temps s’est arrêté, se souvient le journaliste. Puis le son est revenu, timidement d’abord, avec un bruit de chute, lourd et mat. Puis un cri terrible a retenti, déchirant tout l’espace de la chapelle.J’ai levé les yeux, Romero n’était plus devant son autel ». Chauvel s’approche et voit le corps de l’évêque, une balle en plein cœur. Les funérailles de Mgr Romero réunissent 350 000 personnes à San Salvador. Plus de 300 prêtres et
30 évêques du monde entier y assistent. Mais au bout d’à peine quelques instants, une bombe éclate et des coups de feu mettent fin à la cérémonie.
 

En voie de béatification

La mort de ce grand catholique, « prophète de l’espérance » est encore très présente dans les mémoires, au Salvador comme à travers le monde. Des veillées de prière, des marches ainsi qu’une messe solennelle vont être organisées en l’honneur de l’illustre archevêque. Cet anniversaire est également marqué par la prochaine béatification très attendue du prélat. Le 3 février 2015, le pape François a en effet reconnu Óscar Romero « martyr de la foi » et a exprimé son désir de le voir béatifié au plus vite.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]