Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 02 juillet |
Bienheureuse Eugénie Joubert
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

TRIBUNE. L’euthanasie cachée

qa_jl7yjririjip_rpzs_36adm0vsjik82ec15xqg9tf8l93qyhx1xjrccigzfur8dcknffqf5bpmwgb15bqhjq7qxfe.jpg

Pierre-Hervé Grosjean - Padreblog - publié le 16/03/15

L'abbé Grosjean du Padreblog dénonce la nouvelle proposition de loi sur la fin de vie qui remet tout simplement la question de l’euthanasie en débat.

Face aux pressions des lobbys pro-euthanasie comme l’ADMD et d’une partie de sa majorité, le gouvernement n’a pas eu la prudence d’en rester à la loi Léonetti, certes imparfaite mais qui avait le mérite d’instituer un droit aux soins palliatifs. Soucieux de ne pas provoquer une nouvelle crise sociétale, il n’a pas voulu non plus brusquer l’opinion publique en imposant l’euthanasie ou le droit au suicide assisté. Habilement, la nouvelle loi ne mentionne pas le mot euthanasie, mais parle de « sédation profonde ». Que faut-il en penser ? Qu’avons nous à dire comme chrétiens ?

Une nouvelle loi inutile

Cette loi est inutile : l’urgence n’est pas de faire « un pas de plus » vers l’euthanasie mais bien d’appliquer ce que prévoit la loi précédente, à savoir les soins palliatifs pour tous. Eux-seuls permettent de refuser à la fois l’euthanasie et l’acharnement thérapeutique. Il est légitime de prendre en charge la douleur du patient. Aujourd’hui, on sait le faire. Il est scandaleux que ces soins palliatifs ne soient pas accessibles à tous les malades en fin de vie, faute de moyens et de formation du personnel soignant. Les médecins le disent : quand la douleur est prise en charge, la demande d’euthanasie disparaît. En fait, les personnes ont besoin de se sentir accompagnées jusqu’au bout et qu’on les aide – elles et leur famille – à vivre ces derniers instants si précieux d’une vie.

Une nouvelle loi dangereuse

La sédation consiste à plonger le patient dans un coma profond. Elle peut être légitime s’il s’agit uniquement de soulager le patient d’une douleur réfractaire à tout autre soin palliatif, qu’on le fasse en dernier recours et que cette sédation soit réversible. C’est ce qu’on appelle « la sédation en phase terminale ».

La difficulté de cette nouvelle loi est qu’elle évoque une « sédation terminale » assez différente. Elle parle même d’un « droit à une sédation profonde et continue jusqu’au décès », que l'on pourrait réclamer dès que le pronostic vital est engagé, qui pourrait être irréversible et s’accompagner de l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation. Autrement dit, l’intention n’est plus de soulager mais bien de provoquer la mort. Une mort douce, sans douleur, mais certaine. Dans son avis du 6 mars 2015, l’Académie nationale de médecine ne s’y est pas trompée : derrière « cette interprétation erronée, abusive ou tendancieuse du terme sédation » se cache bien une « euthanasie active » ou un suicide assisté. Lire la suite sur le Padreblog


Tags:
euthanasiefin de vie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement