Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Irak. La bataille de Tikrit, un test pour l’armée irakienne

© AHMAD AL-RUBAYE / AFP
Members of the Iraqi security forces coming from the city of Samarra, north of Baghdad, drive towards al-Dawr area located south of Tikrit to launch an assault against the Islamic State group (IS) on February 28, 2015. Some 30,000 Iraqi troops and militia backed by aircraft pounded jihadist positions in and around Tikrit on March 2, 2015, in the biggest offensive yet to retake one of the Islamic State group's main strongholds. AFP PHOTO / AHMAD AL-RUBAYE
Partager

L’offensive pour chasser les djihadistes de Daesh de la ville de Saddam Hussein est lancée. Son issue conditionnera la suite des événements, en particulier la reprise de Mossoul.

Tikrit, le fief historique de Saddam Hussein (à 160 km au nord de Bagdad), est tombé aux mains des djihadistes en juin dernier. Ceux-ci y ont multiplié les exactions, notamment en exécutant plusieurs centaines de recrues de l’armée irakienne, en majorité chiites, avec la complicité de quelques tribus sunnites. Certains habitants sunnites pourraient se ranger du côté de Daesh par crainte des représailles des milices chiites qui épaulent les forces progouvernementales. C’est la raison pour laquelle le Premier ministre Haïdar al-Abadi, en donnant le coup d’envoi de la reconquête, dimanche soir, a souligné cette consigne : « La priorité que nous avons fixé à l’armée et aux forces qui l’aideront est de préserver la sécurité des citoyens » (Le Figaro).

L’issue de la bataille est incertaine

Après quinze jours de bombardements intenses (bombardiers, hélicoptères, artillerie), 30 000 hommes se sont lancés à la reconquête de Tikrit. Daesh a déjà réagi avec sa brutalité coutumière en enlevant 120 civils du village voisin d’Al-Alam connus pour leur loyauté au gouvernement de Bagdad et en diffusant lundi une vidéo montrant l’exécution de quatre d’entre eux (Le Soir).

L’issue de la bataille est incertaine : « Même si elle a repris un peu de terrain aux djihadistes ces derniers mois, avec l’appui des frappes aériennes de la coalition internationale et de miliciens, l’armée s’est plusieurs fois cassé les dents sur Tikrit » (La Dépêche du Midi). Mais c’est un préalable obligé à la reprise du cœur sunnite de l’Irak et un tremplin pour la reconquête de la deuxième grande ville du pays, Mossoul, située à 180 km au nord de Tikrit et à 350 km au nord de Bagdad. « Le commandant militaire pour la province de Salaheddine, dans laquelle se trouve Tikrit, a souligné que cette bataille avait une importance à la fois stratégique et symbolique » (Le Nouvel Obs). C’est de fait la première contre-offensive d’envergure que tente l’armée irakienne, avec le renfort d’unités antiterroristes, de groupes de volontaires principalement chiites et de tribus locales sunnites hostiles à l’EI.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]