Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 27 juillet |
Sainte Nathalie et ses compagnons
home iconActualités
line break icon

Les drones sont entrés dans Paris !

AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

An aerial file photo taken on January 11, 2015 shows the Eiffel Tower in Paris. At least five drones were spotted flying over central Paris landmarks during the night and police were unable to catch the operators, sources close to the probe said on February 24, 2015. The country has been hit by a series of mysterious drone overflights at nuclear plants and more recently over the presidential palace, and the fresh sightings come at a time of heightened security following last month's jihadist attacks that left 17 people dead. AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

Sylvain Dorient - Publié le 25/02/15

Après le survol des centrales nucléaires, plusieurs drones ont survolé la capitale en toute impunité.

Ces engins qui sont loin de n’être que des jouets mettent à rude épreuve les services de renseignement français. Lors de l’opération dans la nuit du 23 au 24 février, cinq objets volants ont simultanément survolé la place de la Concorde, la tour Eiffel, l’Élysée, l’ambassade américaine et les Invalides. La coordination de cette action fait penser au survol simultané de cinq centrales nucléaire fin 2014, et s’il s’agit d’un simple plaisantin, le moins que l’on puisse dire est qu’il a un sens de l’humour sophistiqué. 

Espionnage ou plaisanterie

Les drones étant d’abord conçus comme des engins d’observation, les commentateurs se tournent naturellement vers des hypothèses d’espionnage. Fin 2014, Bruno Comby, ingénieur en génie nucléaire et président de l’Association des écologistes pour le nucléaire, proposait une lecture inquiétante. Ces drones auraient pu servir à cartographier les centrales nucléaires non pas pour s’attaquer au réacteur nucléaire, qui est visible mais très protégé, mais pour détruire les transformateurs, exposés et fragiles. La destruction simultanée de plusieurs transformateurs aurait suffi à provoquer une gigantesque coupure d’électricité dans toute l’Europe, plongeant les économies dans le chaos. Cette hypothèse ne s’est heureusement pas vérifiée, et elle semble contredite par les récents survols de Paris. En effet, les sites « visités » mardi 24 février sont visibles sur Google Map, contrairement aux centrales nucléaires qui sont floutées, leur espionnage par les airs ne représente pas d’intérêt.

Démonstration de force ?

Les drones n’étant manifestement pas armés, et l’espionnage des lieux ne relevant pas d’intérêt pratique, il reste la possibilité d’une démonstration de force : « Nous pouvons impunément survoler des sites sensibles », semblent dire les pirates. À ce jour, les survols n’ont pas été revendiqués, mais le criminologue Christophe Naudin, spécialiste des questions de sûreté aérienne, soupçonne un groupe écolo-terroriste : « Ces derniers ont pour coutume de négliger le droit afin de faire valoir leur argumentation » (Le Figaro).

Comment les arrêter ? Le « tir au pigeon » serait évidemment une solution satisfaisante, voire amusante, mais elle représente trop de danger dans une agglomération : les drones incriminés, capables de voler à 300 mètres d’altitude sont probablement des « drones thermiques » pesant de 2,5 à 50 kilos, et leur chute provoquerait des dégâts au sol. La solution du brouillage des ondes bute sur le même problème : un drone incontrôlable ne vaut pas mieux qu’un drone contrôlé par un pirate dont on ne connaît pas les intentions ! Par ailleurs, les drones pourraient ne pas être radioguidés mais programmés à l’avance pour suivre un itinéraire précis auquel cas toute tentative de brouillage serait vouée à l’échec.

Enfin les drones « mangeurs de drones » sont envisagés. Un nom ronflant qui évoque des images futuristes dignes d’un manga mais qui recouvre une réalité banale : un drone équipé d’un filet qui devra poursuivre et capturer le drone pirate… Pas beaucoup mieux que les « filets anti-zeppelin » de la Première Guerre mondiale, en somme. Et pour une efficacité qui reste à prouver : pas facile d’attraper un petit engin maniable en vol de nuit.

Tags:
dronesParis
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
2
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
3
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
4
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
5
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
6
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
7
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement