Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 29 novembre |
Bienheureux Bernardo Francisco de Hoyos
home iconAu quotidien
line break icon

La science le confirme : les mariages qui durent dépendent de deux facteurs

© oneinchpunch/SHUTTERSTOCK

Business Insider - Publié le 10/02/15

Voici les conclusions étonnamment simples d'une étude américaine réalisée sur un échantillon de 130 couples sur une durée de six ans.

Malgré le nombre élevé de divorces, les amoureux continuent de se marier. Ainsi, aux États-Unis, rien qu’en juin, également appelé « mois des épouses », la moyenne est de 13 000 mariages. Cependant, sur ces milliers de couples qui s’engagent, bon nombre ne seront pas en mesure de maintenir longtemps la relation. Qui n’a pas des amis proches dont le mariage s’est hélas soldé par un divorce ?

Partant de ce constat, John et Julie Gottman, un couple de psychologues, ont décidé de réaliser une étude approfondie, en suivant des mariés dans leur quotidien, afin de comprendre les raisons principales du succès ou de l’échec de leur mariage. Les conclusions de cette étude peuvent sembler évidentes, mais elles alertent sur certains aspects simples de la vie à deux qui méritent d’être davantage pris en compte.

Un "laboratoire de l’amour"

Les deux psychologues ont mis en place ce qu’ils ont surnommé « le laboratoire de l’Amour » et y ont invité 130 couples mariés. Chacun d’eux y a passé une journée, accomplissant les tâches quotidiennes – repas, cuisine, ménage, etc. – sous le regard des scientifiques. Et cela pendant six ans. À la fin de l’étude, les couples ont été classés en deux grandes catégories : les masters (ou experts), et les disasters (ou désastres). Au bout de six ans, les couples ont de nouveau été appelés par les psychologues. Les masters étaient encore ensemble, heureux et épanouis. Les disasters n’étaient plus mariés, ou étaient encore mariés, mais malheureux.

Les conclusions de l’étude

En observant les couples, les scientifiques en sont arrivés à la conclusion que la bienveillance et la gentillesse étaient la clé de la longévité du mariage. Le simple fait de répondre aux questions quotidiennes avec agressivité ou gentillesse peut affecter l’avenir et la qualité de la relation. 

Des questions comme : « Tu connais la dernière ? », peuvent être l’occasion pour un conjoint de faire preuve de plus d’intérêt pour les goûts de l’autre, en agissant avec bienveillance et gentillesse, ce qui conduit à créer une plus grande connexion entre eux. Ne pas faire attention à ce que l’autre a dit, répondre d’un ton revêche, avec manque d’intérêt voire indifférence, peut dissimuler beaucoup plus qu’un simple manque de temps ou de la fatigue. Par conséquent, les scientifiques invitent les couples à prêter attention à tous ces détails.

Nous avons toujours la possibilité, la liberté de répondre à notre conjoint avec chaleur ou durement. Les masters ont témoigné de l’intérêt pour les besoins émotionnels de l’autre, cherchant à créer un climat d’admiration et de gratitude pour ce que ce dernier accomplissait. Quant aux couples disasters, ils ont au contraire créé un climat d’insatisfaction, pointant les erreurs de l’autre, tout ce qu’il n’avait pas fait, allant jusqu’à oublier totalement les qualités de leur conjoint.


Gentillesse et bienveillance peuvent sauver un mariage

Par conséquent, gentillesse et bienveillance peuvent sauver un mariage. Il ne s’agit pas seulement de faire une belle surprise le jour de son anniversaire de mariage. Ce que l’étude a révélé implique la mise en pratique de petites doses de gentillesse dans la vie quotidienne : être aimable, faire des compliments, éviter les frais inutiles, se centrer sur le positif de son conjoint et non sur le négatif, etc. Nous avons le choix entre féliciter notre conjoint pour le bien qu’il a fait ou nous plaindre de ce qu’il n’a pas fait. C’est notre volonté. Et notre mariage peut en dépendre !

Les Gottman ont installé sur certains couples des électrodes au cours de l’entretien final et ont découvert que ceux de la catégorie disasters étaient, physiquement parlant, stressés lorsqu’ils s’adressaient à leur conjoint – dans le même état physiologique que s’ils se battaient. Tandis que les masters faisaient preuve de passivité, apparaissaient tranquilles et détendus dans leurs conversations.

Et vous, dans quel groupe vous situez-vous ? Il est sûrement encore temps d’appliquer à votre vie de couple ces conseils simples et pratiques au quotidien.

Adapté du portugais par Élisabeth de Lavigne

Tags:
bonheurCouple
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Agnès Pinard Legry
Vent debout contre la jauge de 30 person...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Monseigneur Matthieu Rougé
Timothée Dhellemmes
Mgr Rougé : "C’est un manquement à la parole ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement