Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 17 septembre |
Sainte Hildegarde de Bingen
home iconSpiritualité
line break icon

François-Xavier Bellamy : « Devenons des apôtres de la confiance, des fidèles pour le monde de demain »

© Ecclesia Campus

Mathilde Rambaud - Publié le 03/02/15

Présent le week-end dernier à Ecclesia Campus, à Grenoble, l'adjoint au maire de Versailles et professeur agrégé de philosophie, a proposé aux étudiants son éclairage sur le thème de la confiance.

« Comment avoir confiance aujourd’hui ? » Voici d’emblée la grande question à laquelle François-Xavier Bellamy a apporté sa réponse, tant de philosophe et d’homme politique. « Il est assez curieux d’aborder la confiance d’une manière aussi générale, a-t-il reconnu. Il paraît en effet parfois plus sage de se méfier et il existe des situations où l’acte même de faire confiance reste impossible. »

Portant son propos sur la société actuelle, le professeur de philosophie a déploré la défiance ambiante dans laquelle nous évoluons depuis plusieurs années : « Nous vivons dans une société organisée autour de la défiance et où l’acte même de la confiance est rendu difficile. Il est compliqué de faire confiance aux institutions et aux autorités qui nous dirigent ou aux médias, etc. ». 

Et cette défiance envers ce qui relève du public, se retrouve également dans notre vie privée. Prenant l’exemple de l’infidélité élevée au rang de la normalité, il a dénoncé les méfaits d’un tel détournement. « Face à cette infidélité organisée par la société marchande, vous ne pouvez même plus faire confiance à votre conjoint ! Comment cela serait-il encore possible quand même ce lien de fidélité dans l’amour est à ce point menacé ? La fidélité apparaît comme impossible et l’on renonce à se marier car l’on n’y croit plus. La conséquence directe de cette structure de la défiance n’est rien de moins que la solitude. »

L’importance de la recherche de la vérité 

Pour l’auteur des Déshérités, nous sommes tous en partie responsables de cette situation, car « nous avons renoncé à l’idée même de la vérité ». Il faut abandonner le fait qu’il existerait plusieurs vérités et que chacun possèderait la sienne. « Il y a une vérité qui mérite que nous la recherchions ensemble et dans le même temps, nous n’arrivons même plus à parler ensemble, a-t-il regretté. Quand l’idée de la vérité disparaît, la société devient impossible. » 

« La confiance ne se décrète pas, a rappelé François-Xavier Bellamy. Il faut s’émerveiller ensemble de la vérité et même risquer de notre vie pour elle. Oui, il faut oser la confiance. C’est dans les moments les plus difficiles, lorsque nous avons été trahis et blessés, que la confiance est la plus nécessaire. Ne rien risquer c’est ne plus vivre. » 

Une crise de la confiance en soi 

Alors que l’on se protège à l’excès dans le monde réel, les jeunes n’ont jamais été aussi volubiles sur les réseaux sociaux. Pour l’enseignant, nous sommes faces à une « crise systémique de la confiance en soi » : « Les réseaux sociaux sont une occasion d’exposer la nécessité de la reconnaissance d’autrui. Les collégiens et lycéens en particulier éprouvent le besoin de faire valider par les autres la qualité de ce qu’ils font à chaque instant ». On assiste alors à une sorte de course aux « likes » et aux « j’aime », « sources d’une véritable négociation entre les adolescents »

« Nous n’avons pas confiance en ce que nous sommes, a-t-il pointé du doigt, et nous nous pesons au nombre de nos amis sur Facebook et de nos abonnés sur Twitter. »« "Vous êtes tous des numéros", voilà ce que nous dit la société. Nous manquons de confiance en nous, jusqu’à en oublier de profiter du moment présent ! », a regretté le philosophe.

Stop à la défiance !

« La défiance empêche toujours l’action, a souligné François-Xavier Bellamy. Se méfier n’est jamais un facteur bénéfique pour interagir avec l’autre et n’a jamais rien construit ; s’il y a parfois de bonnes raisons de se méfier, d’une façon générale la défiance ne peut jamais être une stratégie féconde. »

Nous sommes rentrés dans une spirale mortifère pour la société. D’où l’importance d’accueillir le fait qu’il existe une vérité et non plusieurs vérités selon les parcours de chacun.

  • 1
  • 2
Tags:
confianceec2015ecclesia campus

Soutenez Aleteia !

A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Jean-Michel Castaing
Les sept grâces à recueillir des sept douleurs de Notre-Dame
2
Isabelle du Ché
Les incroyables fruits de la vidéo du père Aymar avec Tibo InShap...
3
WEB2-Jonathan Goodall-CC BY-SA 4.0
La rédaction d'Aleteia
Un évêque anglican devient catholique « après une longue période ...
4
WEB2-SAINTE MONIQUE-GODONG-FR560945A
Anne Bernet
Comment sainte Monique se libéra de son addiction à l’alcool
5
Agnès Pinard Legry
Jessie, Jestonie et Jerson, trois frères ordonnés le même jour au...
6
La rédaction d'Aleteia
Union européenne, vaccination… ce que François a dit dans l’avion...
7
Isabelle Cousturié
Devant le Christ en croix, la prière qui protège de tous les malh...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement