Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 13 avril |
Sainte Ida de Louvain
home iconSpiritualité
line break icon

Saint Jean, celui que Jésus aimait

© Didier Rykner

4. Guido Reni (1575-1642)<br class="autobr" /> <i>Saint Jean l&rsquo;Evang&eacute;liste lisant</i><br class="autobr" /> Huile sur toile - 52 x 63 cm<br class="autobr" /> Vienne, Liechtenstein Museum

Jacques Gauthier - Le blogue de Jacques Gauthier - Publié le 27/12/14

Fêté le 27 décembre, l’évangéliste Jean montre que Jésus est le maître parfait, le Verbe fait chair, la parole du Père. De son regard d’aigle, il a mesuré l’étendue de son amour.

L’évangéliste Jean est bien à sa place dans l’octave de Noël. Il est le chantre par excellence du mystère de l’Incarnation du Christ, le théologien du Verbe de Dieu fait homme. Nous lisons le sublime prologue de son évangile à la messe du jour de la Nativité : « Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité » (Jean 1, 14). J’ai déjà écrit sur ce prologue dans un blogue sur Noël.

L’apôtre bien aimé se définit comme « celui que Jésus aimait » (Jean 13, 23). Il se nomme ainsi dans son évangile sans dire explicitement que c’est lui, par humilité sans doute, et aussi par solidarité avec les autres disciples. À la dernière Cène, il reposa sur la poitrine du Seigneur, sans se mettre de l’avant.

On ne peut lire son évangile que près du cœur de Jésus. Le coup de lance est la clé qui nous en ouvre le sens profond. Jean n’a écrit et vécu que pour exprimer la vérité du Fils de Dieu dans notre chair, que pour exalter sa lumière dans notre monde. Jésus s’est reconnu en sa pureté et sa franchise, son amour et son obéissance. Il demeurera son préféré parce qu’il a su garder son cœur d’enfant, à tel point, qu’il lui confiera sa mère avant de mourir atrocement sur la croix.

Fils du tonnerre

Dernier survivant des apôtres, on l’a surnommé « l’aigle de
Patmos », pour sa facilité à s’élever à des hauteurs surnaturelles insoupçonnées et pour sa capacité à fixer le Verbe divin. Il a vu Jésus sous sa véritable nature de Christ. Plus qu’un thaumaturge, Jean montre que Jésus est le maître parfait, le Verbe fait chair, la Parole du Père. De son regard d’aigle, il a mesuré l’étendue de son amour et il a aperçu la haine de ceux qui le rejettent, le combat entre la lumière et les ténèbres.

Du temps de Jésus, on l’appelait « fils du tonnerre », avec son frère Jacques, étant donné leur tempérament fougueux. De disciples de Jean le Baptiste, ils devinrent les premiers apôtres de Jésus avec André et Simon Pierre. Galiléens de Bethsaïda, Jean et Jacques sont les fils de Zébédée, pêcheur du lac de Tibériade. Leur mère, Marie-Salomé, fera partie des femmes disciples qui, à l’occasion, suivront Jésus sur les routes poussiéreuses de la Galilée. Elle sera au pied de la croix avec Jean, la mère de Jésus, Marie de Magdala et d’autres femmes.

L’évangile du Verbe fait chair

Chaque évangéliste a posé sa pierre pour composer une mosaïque unique qui nous révèle différentes facettes de Jésus Christ vainqueur de la mort. Jean a assimilé son message comme pas un, insistant sur sa mission de révélateur du Père et de sauveur de l’humanité plutôt que sur son ministère terrestre d’enseigner, de chasser les démons et de réconforter les pauvres.

On ne retrouve aucun exorcisme dans son évangile et très peu de miracles, sinon ceux qui lui sont propres, comme l’eau changée en vin à Cana de Galilée, la guérison à la piscine de Béthesda, la guérison de l’aveugle-né et la résurrection de Lazare. Il rapporte des rencontres inédites : la Samaritaine, le rabbi Nicodème, l’officier royal, la fuite des disciples après le discours sur le Pain de vie, la femme adultère, les discussions ouvertes avec les pharisiens, les scribes et les docteurs de la Loi.

Confident de Jésus, Jean est le témoin de la plupart des grands moments de sa vie publique. Avec Simon-Pierre et son frère Jacques, il assiste à la résurrection de la fille de Jaïre, à la transfiguration sur le Thabor et à l’agonie de Gethsémani. On le voit avec Pierre dans la cour du grand prêtre lors du procès de Jésus. Il est le seul apôtre à Le suivre jusqu’au pied de la croix, à accueillir sa mère en son nom :

  • 1
  • 2
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Camille Dalmas
Miséricorde divine : le livre qui a bouleversé le pape François
2
Mgr Benoist de Sinety
La leçon d’Istanbul : « Vous avez voulu la paix au prix du déshon...
3
Agnès Pinard Legry
Non-respect des mesures sanitaires : le diocèse de Paris ouvre un...
4
WEB2-CONVERSION-SYRIE-SAINT-CHARBEL-Nadine-Sayegh.jpg
Nadine Sayegh
Témoignages : ces musulmans syriens convertis au christianisme
5
Mathilde de Robien
La Trinité le dimanche, son ange gardien le mardi. Chaque jour de...
6
Mathilde de Robien
Confinement, épreuve, traumatisme… comment favoriser la résilienc...
7
Mathilde de Robien
Brésil : une statue du Christ plus haute que celle du Rédempteur
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement