Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 24 juillet |
Sainte Christine l'Admirable
home iconÉglise
line break icon

Évangile de dimanche : une invitation à l’espérance

© Public Domain

aleteia - Publié le 23/11/14

Retrouvez chaque semaine le commentaire de l'évangile du dimanche, avec Infocatho.be, partenaire d'Aleteia.

Dans la première lecture, le prophète Ezéchiel nous présente Dieu comme un bon berger. Il a regardé son peuple et a pris compassion de sa détresse. Il arrive à temps pour soigner son troupeau. Il se réjouit des belles brebis qui ont su profiter des meilleurs pâturages. Mais dans ce troupeau, il y a des brebis perdues et d’autres qui sont malades. Toutes sont à lui et il ne veut en perdre aucune.

Le Christ est pour nous ce bon berger qui se consacre entièrement chacune de ses brebis. Il voit la souffrance des uns et des autres. Il voit notre vie spirituelle anémiée. Il vient à nous pour nous relever et raviver notre espérance : « Le Seigneur est mon berger ; rien ne saurait me manquer ». C’est une invitation à l’espérance : le Seigneur ne nous abandonne pas.

L’évangile nous montre un Jésus tellement proche des petits, qu’il s’identifie à eux. L’image du berger est toujours là, mais celle qui apparaît le plus, c’est celle du juge. Face à lui, nous serons renvoyés à ce qui aura fait la vraie valeur de notre vie. « J’avais faim… J’étais malade… J’étais étranger… » Ici, Jésus se présente sous l’aspect le plus fragile et le plus humilié de celui qui est dans le besoin. À travers celui qui est malade, en prison ou sans ressource, c’est lui que nous accueillons ou que nous rejetons.

Il est donc urgent d’exercer la miséricorde, de bâtir ce Royaume de justice et de paix, voulu par Jésus. Notre critère ne doit plus être le « chacun pour soi » mais le partage et la solidarité. L’évangile nous montre Dieu qui sépare les hommes, les bons à droite et les mauvais à gauche. Cela renvoie au récit de la création du monde : nous y découvrons Dieu séparant la lumière et les ténèbres, les eaux qui sont sous le firmament et celles qui sont au-dessus, la terre et la mer.

Dans ce récit du jugement, c’est donc une nouvelle création, celle d’un monde nouveau bâti sur l’amour et la fraternité, où « Dieu sera tout en tous ».  Le seul critère de séparation qui y subsiste c’est l’amour des petits. Il n’y aura plus de distinction entre religions, entre tendances politiques, entre riches et pauvres. Il ne restera plus qu’un seul critère de séparation : d’un côté ceux qui auront aimé leurs frères et de l’autre ceux qui ne l’auront pas fait.

C’est exclusivement sur l’amour que nous serons jugés. Mais ce jugement, ce n’est pas seulement pour plus tard, pour après notre mort. C’est maintenant que nous accueillons ou que nous refusons d’accueillir le Christ, à travers le pauvre et le petit. Dieu n’aura pas à juger les hommes. Ils se seront eux-mêmes jugés tout au long de leur vie en accueillant ou en refusant son Royaume d’amour. Dieu n’aura rien d’autre à faire qu’à dévoiler ce qui était caché en chacune de leurs journées. La pratique de l’amour gratuit nous fait entrer dans une joie qui est joie divine.

Mais, inversement, celui qui n’aura pas su aimer avec gratuité, celui-là se sera cadenassé dans un égoïsme qui conduit à la tristesse et à la solitude. Sa vie se sera desséchée : il sera devenu une bale bonne seulement à être brûlée. Cette conséquence tragique de notre pratique quotidienne est toujours possible. Mais il ne faut pas que ce soit l’impression dominante de cette fresque du Jugement.

La parabole dit l’importance de la joie pour dire qu’elle peut nous échapper facilement. Mais trop s’attarder aux pleurs et aux grincements de dents serait risquer de douter de la bonté généreuse de Dieu et fermer les yeux sur les visites quotidiennes de Dieu dans nos frères. Mieux vaut changer notre cœur et nos actes. C’est ce qu’a si bien compris le grand poète indien Tagore : « Je dormais et rêvais que la vie n’était que joie. Je m’éveillais et je vis que la vie était service. Je servis et je compris que le service était la joie ».

www.kerit.be

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
2
PASS SANITAIRE
Lauriane Vofo Kana
Pass sanitaire : une jauge de 50 personnes fixée dans les églises...
3
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en oeuvre du pass sanitaire dans les lieux de cu...
4
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
5
WEB2-FAMILEO
Agnès Pinard Legry
L’incroyable succès de Famileo, la startup qui rapproche les fami...
6
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
7
MARIE MADELEINE MARSEILLE
Timothée Dhellemmes
[VIDEO] Comment Marie-Madeleine a débarqué et passé la fin de sa ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement