Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 01 mars |
Saint Aubin d'Angers
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Catholiques de France : un « petit troupeau », mais qui bouge !

za_pzxgt36j6uvfyg61rpn89jg6hdq9o1kfr3f-t0l9fs6qrgywfdll2lz1uyfnixj7aqnthqq2ocu-zc_f1yaht6pfsow.jpg

Philippe Oswald - publié le 13/11/14

De nouvelles études confirment la raréfaction des catholiques pratiquants en France, mais constatent l’impact de ce « petit reste » sur une société qui croyait l’Église enterrée.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

« La France est aujourd’hui un des pays de culture catholique où la pratique religieuse est la plus faible », note le sociologue Yann Raison du Cleuziou, dans l’introduction de son étude « Qui sont les cathos aujourd’hui ? » (1). Il n’y aurait plus que  4,5 % de « messalisants » contre 20 % en 1972. Nos voisins latins sont moins mal lotis : 24 % des Italiens et 13 % des Espagnols vont encore à la messe le dimanche. Mais la désaffection des jeunes semble à peu près la même dans tous les pays d’Europe. En France, on ne compte que
16 % de pratiquants de moins de 25 ans (cf. présentation de cette étude dans La Montagne).

« Ils ont pris conscience de leur poids politique »

Pourtant, l’engagement social et politique des catholiques en France, notamment des jeunes générations, a été révélé par leur rôle moteur dans les « Manifs pour tous ». « Ils ont pris conscience de leur poids politique […]. Ces jeunes estiment désormais qu’ils représentent les forces vives de l’Église, contre leurs aînés accusés d’avoir abandonné tout combat public », constate Yann Raison du Cleuziou.

L’ampleur sans précédent de ces mobilisations fut une grande surprise pour les politiques et pour les médias français. L’obstacle a fait vaciller la gauche au pouvoir (on peut estimer qu’elle ne s’en remettra pas de sitôt), mais il est aussi devenu un caillou dans la chaussure de la droite qui emprunte volontiers à la gauche ses « valeurs » libertaires. On ne voit pas de réaction équivalente en Europe, ni probablement dans le monde, où les jeunes catholiques sont presque exclusivement engagés dans des mouvements de spiritualité ou/et des œuvres caritatives. Des cardinaux l’ont relevé en donnant en exemple ce réveil des Français sur le terrain social et politique (Aleteia).  

Une vraie réflexion sur l’avenir de l’homme

Tel est aussi le constat du sociologue Gaël Brustier, membre du Parti socialiste et donc peu favorable à la Manif pour tous, mais qui lui a consacré un livre (2).  Dans un entretien à La Vie, il explique :
«… Ceux qui ont manifesté représentent surtout la France la plus catholique, la plus messalisante et la plus socialisée ». Mais il ajoute cette donnée capitale : «…les milieux catholiques engagés avaient déjà été travaillés par une vraie réflexion sur le rapport de l’homme à son avenir, à la naissance, à l’euthanasie, à la GPA et aussi à l’emprise du marché sur la vie humaine. » Loin d’être une fixation sur l’homosexualité à travers « le mariage homo », la prise de conscience avait été préparée par un travail en profondeur réalisé au sein d’associations ou de fondations telles qu’Alliance Vita, la Fondation Lejeune, Ichtus, Liberté Politique, le courant Écologie humaine, le Centre européen pour le droit et la justice, ou des groupes de réflexion au sein des communautés nouvelles. Les penseurs qui les animent ont su en effet élargir la réflexion à tout ce qui est en jeu dans le « changement de civilisation » prôné, entre autres, par Christiane Taubira : le gender, la filiation mais aussi l’eugénisme, l’euthanasie, la marchandisation du corps, l’individualisme et le matérialisme installés au sommet de l’État et de l’Europe, et devenus liberticides depuis qu’ils sont investis de la puissance légale.

Un nouveau dialogue socratique

En renouant avec une véritable réflexion anthropologique telle que la mènent, par exemple, des philosophes comme Thibaud Colin, Jean-Marie Meyer ou Henri Hude, ces catholiques ont compris qu’il ne s’agit plus tant de défendre l’Église, la foi, la chrétienté, ni d’ailleurs de rester dans une posture défensive, mais d’entrer dans un nouveau dialogue socratique avec nos contemporains. Car  c’est bien la réalité même de la nature humaine qui est aujourd’hui niée par les nouveaux sophistes pour qui les désirs individuels sont « la mesure de toute chose ». Il s’agit de les mettre devant leurs contradictions pour sortir de l’impasse une société qui se nie elle-même et se détruit en proclamant l’individu-roi.  

Remettre l’homme à l’endroit pour l’évangéliser

Mais alors, que devient l’évangélisation dans cette perspective ? Elle reste le but et le moteur, la cause finale et efficiente de l’action, mais on ne peut pas faire l’économie de ce préalable ou de ce préambule anthropologique (philosophique, éthique, politique, juridique) pour remettre l’homme à l’endroit – pas plus qu’on ne peut évangéliser des masses affamées. Ce retournement logiquement préalable à la conversion (logiquement mais pas nécessairement chronologiquement – l’Esprit souffle où et quand il veut), c’est  « la révolution catholique pour l’Europe » qu’observe déjà et appelle de ses vœux le cardinal Walter Brandmüller, président émérite du Comité pontifical des sciences historiques, dans une lumineuse conférence donnée lors la journée de commémoration du 50e anniversaire de la proclamation de saint Benoît patron de l’Europe, qui s’est tenue le 25 octobre à Nurcie (texte intégral traduit en français sur le site Benoît et moi) : « N’oublions pas, dit-il, que l’Église est non seulement annonciatrice de l’Évangile de Jésus-Christ, mais elle s’est toujours également considérée comme la gardienne du patrimoine spirituel naturel, du vrai, du beau et du bon. La grâce présuppose la nature. C’est pourquoi avant même l’annonce de l’Évangile de Jésus-Christ, la contribution de l’Église à l’avenir de l’Europe consiste dans la restauration – pour ainsi dire – des fondements naturels de la vie humaine, de la société humaine. » 
C’est parce qu’ils ont pris conscience de l’urgence de cette refondation humaine et sociale que certains catholiques ont rallumé les fourneaux – intellectuels et spirituels – dans ce pays de France où, comme aimait à le dire le bienheureux Paul VI, « se cuit le pain de la chrétienté ».

1) Qui sont les cathos aujourd’hui ? Sociologie d’un monde divisé, par Yann Raison du Cleuziou, Desclée De Brouwer , 18,90 €
 2) Un Mai 68 conservateur. Que restera-t-il de la Manif pour tous ? par Gaël Brustier, Cerf, 2014, 18 €

Tags:
CatholiquesPolitique
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement