Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 20 juin |
Saint Silvère
home iconActualités
line break icon

Catholiques de France : un « petit troupeau », mais qui bouge !

Philippe Oswald - Publié le 13/11/14

De nouvelles études confirment la raréfaction des catholiques pratiquants en France, mais constatent l’impact de ce « petit reste » sur une société qui croyait l’Église enterrée.

« La France est aujourd’hui un des pays de culture catholique où la pratique religieuse est la plus faible », note le sociologue Yann Raison du Cleuziou, dans l’introduction de son étude « Qui sont les cathos aujourd’hui ? » (1). Il n’y aurait plus que  4,5 % de « messalisants » contre 20 % en 1972. Nos voisins latins sont moins mal lotis : 24 % des Italiens et 13 % des Espagnols vont encore à la messe le dimanche. Mais la désaffection des jeunes semble à peu près la même dans tous les pays d’Europe. En France, on ne compte que
16 % de pratiquants de moins de 25 ans (cf. présentation de cette étude dans La Montagne).

« Ils ont pris conscience de leur poids politique »

Pourtant, l’engagement social et politique des catholiques en France, notamment des jeunes générations, a été révélé par leur rôle moteur dans les « Manifs pour tous ». « Ils ont pris conscience de leur poids politique […]. Ces jeunes estiment désormais qu’ils représentent les forces vives de l’Église, contre leurs aînés accusés d’avoir abandonné tout combat public », constate Yann Raison du Cleuziou.

L’ampleur sans précédent de ces mobilisations fut une grande surprise pour les politiques et pour les médias français. L’obstacle a fait vaciller la gauche au pouvoir (on peut estimer qu’elle ne s’en remettra pas de sitôt), mais il est aussi devenu un caillou dans la chaussure de la droite qui emprunte volontiers à la gauche ses « valeurs » libertaires. On ne voit pas de réaction équivalente en Europe, ni probablement dans le monde, où les jeunes catholiques sont presque exclusivement engagés dans des mouvements de spiritualité ou/et des œuvres caritatives. Des cardinaux l’ont relevé en donnant en exemple ce réveil des Français sur le terrain social et politique (Aleteia).  

Une vraie réflexion sur l’avenir de l’homme

Tel est aussi le constat du sociologue Gaël Brustier, membre du Parti socialiste et donc peu favorable à la Manif pour tous, mais qui lui a consacré un livre (2).  Dans un entretien à La Vie, il explique :
«… Ceux qui ont manifesté représentent surtout la France la plus catholique, la plus messalisante et la plus socialisée ». Mais il ajoute cette donnée capitale : «…les milieux catholiques engagés avaient déjà été travaillés par une vraie réflexion sur le rapport de l’homme à son avenir, à la naissance, à l’euthanasie, à la GPA et aussi à l’emprise du marché sur la vie humaine. » Loin d’être une fixation sur l’homosexualité à travers « le mariage homo », la prise de conscience avait été préparée par un travail en profondeur réalisé au sein d’associations ou de fondations telles qu’Alliance Vita, la Fondation Lejeune, Ichtus, Liberté Politique, le courant Écologie humaine, le Centre européen pour le droit et la justice, ou des groupes de réflexion au sein des communautés nouvelles. Les penseurs qui les animent ont su en effet élargir la réflexion à tout ce qui est en jeu dans le « changement de civilisation » prôné, entre autres, par Christiane Taubira : le gender, la filiation mais aussi l’eugénisme, l’euthanasie, la marchandisation du corps, l’individualisme et le matérialisme installés au sommet de l’État et de l’Europe, et devenus liberticides depuis qu’ils sont investis de la puissance légale.

Un nouveau dialogue socratique

En renouant avec une véritable réflexion anthropologique telle que la mènent, par exemple, des philosophes comme Thibaud Colin, Jean-Marie Meyer ou Henri Hude, ces catholiques ont compris qu’il ne s’agit plus tant de défendre l’Église, la foi, la chrétienté, ni d’ailleurs de rester dans une posture défensive, mais d’entrer dans un nouveau dialogue socratique avec nos contemporains. Car  c’est bien la réalité même de la nature humaine qui est aujourd’hui niée par les nouveaux sophistes pour qui les désirs individuels sont « la mesure de toute chose ». Il s’agit de les mettre devant leurs contradictions pour sortir de l’impasse une société qui se nie elle-même et se détruit en proclamant l’individu-roi.  

  • 1
  • 2
Tags:
CatholiquePolitique
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
COUPLE, LOVE, SMILE
Edifa
Ces petits gestes d’amour sont plus importants que des « Je t’aim...
2
Agnès Pinard Legry
Les punchlines de Mgr Aupetit face à Jean-Jacques Bourdin
3
NEWBORN
Mathilde de Robien
Douze prénoms de pape vraiment canon pour un petit garçon
4
Timothée Dhellemmes
[Vidéo] Guillaume Warmuz, l’ancien footballeur qui a répondu à l’...
5
Anna Gebalska-Berekets
Ces paroles à dire (et à ne pas dire) à un proche atteint du canc...
6
Wedding engagement ring - Woman
Edifa
Doutes sur son mariage : Dieu voulait-Il pour moi ce conjoint&nbs...
7
avgustin irena maucec
La rédaction d'Aleteia
Augustin et Irène, 25 ans de fidélité malgré le handicap
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement