Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Jésuites : qui sont-ils ? Pourquoi leur ordre a-t-il été supprimé ?

© ServizioFotograficoOR/CPP
April 10, 2014: Pope Francis during an audience with students of the Gregorian University, in the Paul VI hall at the Vatican.
Partager

Les jésuites viennent de fêter le bicentenaire du rétablissement de la Compagnie de Jésus, le 7 août 1814. Depuis, l'ordre ignacien a repris avec encore plus de vigueur sa tradition et sa mission apostolique.

La Compagnie  de Jésus vient de fêter le bicentenaire de son rétablissement canonique par divers événements : messes, congrès, conférences… À Rome, du 6 au 8 novembre, l’Université pontificale grégorienne a organisé un colloque pour rappeler la bulle de Pie VII et analyser la crise de la fin du XVIIIe, le moment peu connu entre les « deux compagnies » et le retour progressif des jésuites tout au long du XIXe siècle. 

La Compagnie de Jésus est un ordre religieux catholique fondé par saint Ignace de Loyola en 1540 et approuvé par le pape Paul III. Ces derniers temps, la presse internationale s’est focalisée sur les jésuites, surtout depuis qu’un de ses membres, Jorge Mario Bergoglio, est devenu le premier jésuite de l’histoire à être élu pape de la Sainte Église romaine, en plus d’être le premier pape religieux depuis 182 ans. À ce sujet, voici  une anecdote curieuse et amusante : le 16 mars 2013, le pape François, recevant en audience un groupe de journalistes,  leur a raconté qu’après le conclave qui l’a élu, un cardinal lui a proposé de s’appeler Clément XV « pour se venger de Clément XIV, qui avait supprimé la Compagnie de Jésus ! ».  

Les Jésuites ont été dispersés 41 ans. Le 7 août 1814, Pie VII restaurait universellement la Compagnie de Jésus. Les religieux ont survécu à la suppression de leur ordre en se réfugiant en Prusse et en Russie (et les dernières années en Italie), avant de « renaître » et de reprendre avec encore plus de vigueur leur tradition et leur mission apostolique. La Compagnie, depuis son expulsion et son rétablissement, est passée par diverses périodes : l’expulsion de l’Ordre d’Espagne et l’implantation de leurs colonies par Charles III en 1773 et la restauration en 1814. 

Qui sont les Jésuites

La mission est l’essence de l’ordre des Jésuites. « Aimer et servir » est leur devise qui les reconnaît comme  éducateurs, intellectuels et fondateurs d’écoles. Quand naît la Compagnie de Jésus en 1540, les cinq continents ont déjà été découverts,  de sorte qu’à l’exemple des apôtres, les jésuites se lancent dans les terres de mission, à l’époque les colonies des empires portugais et espagnol. Ce sont des missionnaires envoyés partout où le Pape le veut, une espèce rare en leur temps, religieux sans chœur, ni cloître, en mission à travers le monde. 

Les raisons de la suppression de la Compagnie de Jésus 

En 1773,  le pape Clément XIV supprime la Compagnie dans le monde entier, une décision fortement soutenue par les grandes puissances européennes. Les jésuites ont accepté la décision du pape sans s’y s’opposer. Le général de l’Ordre à l’époque, Lorenzo Ricci, fut emprisonné au château Saint-Ange (Castel Sant’Angelo) jusqu’à sa mort en 1775. Avant cette année, l’Ordre ignacien comptait environ 23 000  jésuites, dirigeant 700 écoles. Plusieurs motifs ont conduit à leur suppression. Les jésuites jouissaient de privilèges. Ils ne payaient pas la dîme, avaient des problèmes avec les évêques et les autres ordres religieux de l’époque. Leur proximité avec le pouvoir : l’autonomie que leur avait octroyée le Pape jusqu’à la suppression et l’adaptation extraordinaire dans les missions ne plaisaient pas à tout le monde. En ce sens, lesdits rites chinois et malabars (Inde), interdits par Rome, seront les plus controversés par leurs adversaires.  Les protestants ne les aimaient pas en raison de leur défense acharnée de la doctrine.

La restauration de la Compagnie de Jésus (1814-2014) 

La Compagnie de Jésus a été restaurée par le pape Pie VII à son retour à Rome, dans le cadre des restaurations politiques post révolutionnaires. Une autre curiosité : ces années-là, deux dirigeants non-catholiques ont protégé et accueilli les jésuites, Frédéric II de Prusse et l’impératrice Catherine II de Russie. Ils ne voulaient pas se priver du service en matière de formation et d’éducation de ces religieux sur leurs terres.  

Pages: 1 2

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]