Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Il y a 25 ans, le mur de Berlin tombait…

Wikimedia / Yann Forget
Partager

Berlin s’apprête à célébrer le 25e anniversaire de la chute du « mur de la honte », le 9 novembre 1989. À cette occasion, des festivités seront organisées ce week-end dans la capitale allemande.

Retour sur un événement hautement symbolique, qui a marqué la fin de la guerre froide, et de la division de l’Europe en deux blocs, l’un communiste, l’autre démocratique.

Érigé en 1961 par le régime pro-soviétique de la RDA, avec la volonté exprimée de protéger les habitants de l’est de Berlin de la « menace fasciste », ce que l’on appellera très vite le « mur de Berlin », long de 150 kilomètres, a divisé la capitale historique de l’Allemagne pendant plus de 25 années. Derrière cet objectif idéologique, il s’agissait d’empêcher l’exode massif des Allemands de l’Est vers l’Allemagne de l’Ouest et d’autres pays de l’Europe démocratique.

Nombreux sont ceux (on estime leur nombre à 130) qui, assoiffés de liberté et de démocratie, ont tenté malgré tout de franchir ce mur de séparation vers ce qui était alors la République fédérale d’Allemagne, en le payant de leur vie. Des dizaines d’autres ont, pendant ce quart de siècle, réussi à franchir l’obstacle, pour rejoindre le monde occidental.
 

Un vent de liberté et de renouveau

Mais que s’est-il passé ce 9 novembre 1989 ? Pour comprendre cet événement qui, dans notre mémoire collective, symbolise véritablement la chute du communisme en Europe de l’Est, il faut rappeler, d’abord, l’avènement de Mikhaïl Gorbatchev en URSS en 1985, qui initia des réformes du système politique et économique communiste, dans ce qui redeviendra la Russie quelques années plus tard.

Il faut rappeler aussi la naissance du syndicat libre Solidarność en Pologne, qui opposa une résistance pacifique mais ferme au pouvoir communiste dans ce pays. Il faut rappeler enfin que, dès le printemps 1989, cette vague de contestation aboutit à l’ouverture du « rideau de fer » en Hongrie, ce qui fournira la possibilité à des milliers d’Allemands de l’Est de fuir vers l’extérieur. Un vent de liberté et de renouveau avait commencé à souffler sur le bloc de l’Est, et plus rien ne pourrait l’arrêter.

Dans les mois qui suivirent, des manifestations régulières, et de plus en plus importantes, commencèrent à s’organiser. Elles aboutiront à une manifestation monstre le 4 novembre 1989, rassemblant plus d’un million de personnes à Berlin-Est, et des centaines de milliers d’autres dans plusieurs villes d’Allemagne de l’Est. Quelques jours plus tard, le 9 novembre, un haut responsable du régime communiste annonça, lors d’une conférence de presse inédite, que les voyages privés vers l’étranger seraient désormais autorisés sans conditions.

Suite à cette annonce, et sous la pression de milliers de Berlinois de l’Est, plusieurs points de passage furent ouverts dans le mur, permettant à une foule de personnes, à la fois enthousiastes et incrédules, d’aller embrasser leurs frères et soeurs séparés de Berlin-Ouest. Le mur était tombé… Moins d’un an plus tard, le 3 octobre 1990, les deux Allemagnes étaient à nouveau réunies.
 

Le rôle des chrétiens

Cette page de l’Histoire est connue, surtout par ceux qui, à l’époque, ont suivi ces événements à travers la radio et la télévision, à travers toute l’Europe. Ce qui l’est moins, c’est que les Églises protestantes d’Allemagne de l’Est jouèrent un rôle important dans la chute du mur de Berlin – d’une manière qui rappelle la résistance des catholiques dans la Pologne soviétique. Si certains évêques luthériens « collaborèrent » avec le régime communiste Est-allemand, de nombreux chrétiens de la base lui résistèrent activement pendant plusieurs décennies. Ce mouvement aboutit, en 1989, aux « manifestations du lundi », dans, puis autour de la « Nikolaikirche » de Leipzig. Le 9 octobre, 70 000 personnes se rassemblent pour prier puis défiler dans la ville à la lumière des bougies. Ni l’armée ni la police n’interviendront : le régime totalitaire sera ébranlé sans que le sang ne soit versé. Ce sont ces premières manifestations, sous-tendues par un mouvement actif de démocratisation, qui aboutiront aux grandes démonstrations du mois de novembre 1989…
 
Christophe Herinckx (avec la Libre Belgique et http://www.reforme.net)

Tags:
urss
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.