Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Jour 7 : 21 jours pour prier, vivre, aimer et devenir saint

Hozana.org
Partager

Ils sont plus de 8000 priants à avoir accepté le défi d’un groupe d’étudiants de prier ensemble pendant trois semaines. Chaque jour, retrouvez sur Aleteia les textes de ce défi prière.

Donner envie à des milliers de jeunes de devenir saints, grâce au Web : C'est ce qu'un groupe d'amis étudiants propose, via un programme de prière diffusé sur Hozana.org, réseau social de prière. Rejoignez-les !
 

Jour 7 : le regard

La manière dont nous regardons quelqu’un, le regard intérieur que nous portons sur lui conditionne non seulement la manière dont nous aimons cette personne et la relation que nous avons avec elle, mais encore cela agit aussi sur elle, et conditionne  ce qu’elle est et ce qu’elle fait. Par exemple, si je vois mon petit frère comme quelqu’un de médiocre, alors, en ma présence il perd confiance et devient médiocre. Si nous voulons mieux aimer, nous devons d’abord changer notre regard, à l’intérieur de nous.
La manière dont nous regardons quelqu’un, le regard intérieur que nous portons sur lui conditionne non seulement la manière dont nous aimons cette personne et la relation que nous avons avec elle, mais encore cela agit aussi sur elle, et conditionne  ce qu’elle est et ce qu’elle fait. Par exemple, si je vois mon petit frère comme quelqu’un de médiocre, alors, en ma présence il perd confiance et devient médiocre. Si nous voulons mieux aimer, nous devons d’abord changer notre regard, à l’intérieur de nous.

Maÿlis, 23 ans raconte le basculement de regard qu’a vécu un garçon : “Un copain m’a raconté l’histoire suivante. Un jour il décide d'aller à une messe en semaine qu'il ne connaissait pas. Tout le monde attend le prêtre, il s'énerve parce qu'il a plein de choses à faire et que le prêtre tarde. Le prêtre arrive enfin et comprend rapidement que ce dernier est très malade. Atteint de Parkinson, il tremble, il est maigre, il a peu de force. Il l'observe et réalise que malgré sa faiblesse c'est le Christ qui est en lui, c'est le Christ qu'il représente et que cet homme malade avait le courage de se lever pour dire sa messe, même s'il était en retard, même si c'était difficile pour lui. Après s'être senti honteux de ce jugement si précipité, c'est un regard neuf, des yeux d'Amour, et pleins d'admiration qu’il a posé sur ce prêtre.”

Concrètement, comment changer ton regard ? Inspire-toi des conseils de Yenofa, 23 ans :
“Une fille m’a racontée qu’elle s’est fixée un objectif : dès qu’elle rencontre une personne, elle s’imagine que c’est Jésus qu’elle a en face d’elle. Du coup la personne en face sent ce regard, qui l’aime, qui la considère. Cette personne donne le meilleur d’elle même et elle se révèle sous son meilleur jour. Et pour cette fille, de son point de vue elle voit les qualités de l’autre et elle fait disparaître les a priori qu’elle aurait eu si elle ne l’avait pas fait.
Il y a une autre technique que j’utilisais quand j’ai du mal avec les jeunes filles dont je m’occupe. Cela peut marcher avec n’importe qui je pense : je m’imagine que je suis en train de mourir avec elle, je suis avec Jésus et je suis son avocat : je dois dire à Jésus tout ce qui est bien en elle. Le fait d’imaginer cette présence avec Jésus ça me réconcilie avec la fille et après je vois plein de trucs oufs et beaux en elle.”

Une question à se poser :
N’y a t-il pas dans mon entourage un camarade, un collègue, un ami, un frère que je considère comme médiocre, comme mauvais, comme petit. Est ce que je ne porte pas, consciemment ou non, sur ses gestes, sur ses actes un regard méprisant ?
Je peux aujourd’hui prier le Seigneur ainsi : “Seigneur, transforme mon regard, agis à l’intérieur. Aide moi à voir X comme toi tu le vois, comme une merveille unique. Je sais que Toi tu le connais personnellement et que tu lui dis “je t’aime, tu as du prix à mes yeux.” (Isaïe 43,4)
Tu peux aussi dire “Seigneur, aujourd’hui, donne moi ton coeur” (Prière que dit chaque matin Guy Gilbert, le curé des loubards)