Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 17 mai |
Saint Pascal Baylon
home iconÉglise
line break icon

De quoi parlera-t-on durant le Synode sur la Famille ?

Marcin Mazur/UK Catholic

Fr. Laurent Tarel - Publié le 01/10/14


Ici, le document préconise un nouveau travail de fond dans les domaines de l’anthropologie et de la théologie sur la question de la sexualité humaine et sur celle de la différence sexuelle entre l’homme et la femme afin de faire face à l’idéologie du gender. « Le grand défi sera le développement d’une pastorale qui parvienne à maintenir le juste équilibre entre l’accueil miséricordieux des personnes et l’accompagnement progressif vers une maturité humaine et chrétienne authentique ».
Enfin, se pose la question des enfants face à ces unions et à cette idéologie. Le rôle de la famille devient plus important que jamais dans l’éducation affective et sexuelle face à l’introduction dans le milieu scolaire de l’idéologie du gender. Par ailleurs, il y a un refus clair et unanime d’une législation permettant l’adoption d’enfants par des personnes en union de même sexe.

3. L’ouverture à la vie et la responsabilité éducative

Dans la troisième partie, le document reprend à son compte l’enseignement contenu dans l’Encyclique Humanae vitae publiée par le Pape Paul VI le 25 juillet 1968. On y réaffirme le caractère prophétique de l’Encyclique en notant toutefois que nombre des intuitions de Paul VI se sont depuis réalisées. Deux chapitres abordent tour à tour la question de l’ouverture à la vie et celle de l’éducation.
Dans le premier chapitre, le document dresse un constat facilement observable. Il existe une « différence substantielle » entre la vision chrétienne et la vision sécularisée posées sur la vie et la sexualité humaines. Cette dichotomie entre ces deux regards posés sur l’Homme est à la source de nombreuses et radicales objections. Nombreuses sont les voix s’opposant, en la matière, à celle de l’Église. Les difficultés sont ainsi nombreuses :

  • Le cœur des hommes et des femmes d’aujourd’hui sont habités par un « tourment » grandissant pour tout ce qui concerne la vie affective, l’engendrement de la vie, la réciprocité homme/femme et la paternité/maternité.

  • La doctrine de l’Église reste largement méconnue en sa dimension positive.

  • Revient de manière récurrente le reproche d’ingérence de la part de l’Église dans la vie intime des couples et le reproche de la limitation par le Magistère de l’autonomie de la conscience chez ses fidèles.

  • L’expression « paternité et maternité responsable » revêt aujourd’hui une compréhension sans cesse plus large.

  • On rencontre encore des difficultés à saisir la distinction entre « méthodes naturelles de régulation de la fertilité » et « contraception ». On évoque ici l’importance de rappeler l’efficacité des « méthodes naturelles » ainsi que la dignité de la relation sexuelle entre les époux qui appelle une vision de la conjugalité ouverte à la vie. Ces « méthodes naturelles » ne sont pas une méthode contraceptive.

Les causes des difficultés d’accueil de la parole ecclésiale sont diverses. Un abîme se creuse entre la doctrine de l’Église et l’éducation civile ; ce sont là deux anthropologies de fond distinctes qui s’opposent. L’idéologie du gender modifie profondément certains éléments fondamentaux de l’anthropologie. Le sens que revêt le ‘corps’ ou bien le sens de la différence sexuelle sont ainsi détournés.
Le document suggère de redécouvrir l’enseignement d’Humanae vitae afin de la proposer de nouveau en usant d’un nouveau langage capable d’être entendu par nos contemporains. L’Encyclique proposait, en son temps, une vision anthropologique cohérente. Elle se veut être, aujourd’hui encore, un outil à inclure dans les préparations au mariage et dans des ‘parcours d’éducation à l’amour’. De même, il devient nécessaire et même urgent de présenter les méthodes naturelles de régulation de la fertilité par une collaboration fructueuse entre pasteurs et personnes préparées sur les plans médical et pastoral (des couples en particulier).

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
Tags:
Famille
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Soutane de Jean Paul II/attentat
Marzena Devoud
Qu’est devenue la soutane tachée de sang de Jean Paul II ?
2
Mgr André Joseph Léonard
Que penser des expériences de mort imminente ?
3
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir sur le nouveau ministère laïc de Catéchiste
4
The Agonie of the garden
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
La dernière prière de Jésus
5
PRAY
Mathilde de Robien
Les cinq étapes indispensables d’une prière réussie
6
Thérèse Puppinck
Velankanni, le Lourdes de l’Orient
7
Hugues Lefèvre
13 mai 1981, 17h17 : « On a tiré sur Jean Paul II »
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement