Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 27 février |
Saint Grégoire de Narek
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Lutte contre l’État Islamique : de bonnes paroles mais bien peu d’actes

La conférence sur l’EI lundi 15 septembre 2014

Présidence de la République

Sylvain Dorient - publié le 16/09/14

A la conférence de Paris, le 15 septembre, les représentants de 27 pays se sont accordés pour mettre en œuvre « tous les moyens nécessaires » contre l’État Islamique. Mais la question syrienne reste en suspens.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

Tous les participants à la conférence, c’est-à-dire les représentants de 27 pays arabes et occidentaux plus trois organisations internationales, sont tombés d’accord pour qualifier le Daesh (ou l’État Islamique) de « menace non seulement pour l’Irak mais aussi pour toute la communauté internationale ». Les exhortations de François Hollande (« il n’y a pas de temps à perdre ») ont répondu à l’appel de Fouad Massoum, le nouveau président irakien, qui demande « une intervention aérienne rapide ».
Pourtant, ces déclarations n’ont abouti à aucune mesure contraignante pour les protagonistes. Il n’est donc pas possible d’affirmer pour le moment qu’elles auront des répercussions concrètes.

La Syrie, pierre d’achoppement
Les Etats-Unis souhaitent étendre leurs frappes sur ce territoire, où sévit l’État Islamique, mais la France se montre plus réticente. En agissant ainsi, la coalition quitterait le cadre légal : Bagdad a demandé officiellement le soutien des alliés, pas Damas. Bachar Al-Assad a déclaré par le passé être prêt à coordonner ses actions militaires pour frapper les terroristes, mais qu’il n’accepterait pas de frappes sans son accord. L’option de collaborer avec le régime de Bachar n’est pas envisagée, au moins officiellement : on se souvient qu’il y a moins d’un an, le dictateur syrien était dans le collimateur de l’OTAN. Reste l’option des frappes illégales, mais les Syriens disposent de moyens anti-aériens assez sérieux pour mettre en péril la vie des pilotes de l’OTAN. De son côté, la Russie, premier fournisseur en armes du régime syrien, ne lâche pas son allié, et assure qu’elle n’acceptera pas que la souveraineté syrienne soit violée.

Un soutien français "par tous les moyens"
François Hollande a pourtant rappelé que l’État Islamique est né en territoire syrien. Il propose de soutenir « par tous les moyens » les « forces d’oppositions démocratiques », précisant que la France « prenait sa part ». Ce paragraphe rappelle que la France a offert, et offre encore, un soutien dont la hauteur et la nature demeurent flous aux « rebelles syriens ». Officiellement, il s’agit d’aider « l’Armée Syrienne Libre », et pas les djihadistes infréquentables. Or l’histoire récente nous apprend que les militants de l’ASL n’ont pas de problème de conscience à rejoindre Al Quaeda voire l’État Islamique. On arme donc d’une main ce que l’on prétend combattre de l’autre.

De son côté, l’ASL a affirmé qu’elle ne se joindrait pas à la coalition, sa priorité étant l’armée régulière syrienne. Le colonel Riad al-Asaad, fondateur du groupe a affirmé : « S’il nous veulent à leurs côté, ils doivent nous donner l’assurance qu’ils renverseront le régime de Bachar ». 

Tags:
Chrétiens d'OrientChrétiens en Syrie
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement