Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

L’Ecosse à deux doigts de quitter le Royaume-Uni ?

AP
Partager

Alors que le référendum approche, le compte à rebours a commencé et la pression monte dans les deux camps.

Avec des sondages d’opinion indiquant que le sort du Royaume-Uni se trouve désormais sur le fil du rasoir, les plus hauts responsables politiques britanniques des deux côtés de la frontière écossaise se sont lancés dans des tentatives de plus en plus désespérées pour sauver l’Union.

Ainsi, mercredi 10 septembre, l’ancien Premier ministre britannique Gordon Brown a entamé une tournée en Ecosse, proposant une forme améliorée de « dévolution » si ses compatriotes écossais votaient contre l’indépendance. En quelques heures, le plan de Brown a reçu le soutien d’Ed Miliband et de David Cameron, ses successeurs respectivement à la tête du Parti travailliste et comme Premier ministre du Royaume-Uni. Le fait que Brown propose un “pot-de-vin’ aussi généreux, ironise Alex Salmond, Premier ministre de l’Ecosse, montre l’incertitude qui plane sur l’avenir de la Grande-Bretagne.

Il y a un mois, début août, un sondage YouGov accordait 22 points d’avance au camp du « non » – les partisans d’un maintien de l’Ecosse au sein de l’Union – sur les tenants de l’indépendance, le camp des « oui ». Mais le 2 septembre, un autre sondage YouGov montrait un net resserrement de l’écart, réduit à six points. Après le deuxième débat public entre Salmond et Alastair Darling, ancien chancelier de l’Échiquier de Brown et le début de la campagne publique du « non », un troisième sondage YouGov plaçait les indépendantistes, partisans du oui ,au coude-à-coude avec les partisans du non, les Unionistes, avec respectivement 51 et 49 des intentions de vote. Un autre institut de sondage plaçait les deux camps à égalité, tandis qu’un total des six derniers sondages montrait que même si le “non” était toujours en tête à 52-48, l’écart était très serré.
Cependant, selon un dernier sondage rendu public dans la soirée de mercredi, le “non” à l’indépendance repasse en tête, avec une assez confortable avance (47,6 % contre 42,4 %, et 10 % d’indécis). Le résultat du référendum est trop proche pour se prononcer, et tandis que les Ecossais plus âgés penchent pour le maintien au sein de l’Union et que les plus jeunes sont tentés par l’indépendance, tout pourrait dépendre de la participation, que certains observateurs estiment à 80% ou plus.

Sans donner de consignes de vote, les deux archevêques écossais, de Glasgow et Edimbourg, ont exhorté les catholiques d’Ecosse à voter ; Mgr Philip Tartaglia archevêque de Glasgow leur demandant de le faire « en toute liberté de choix et selon ce que, dans la prière, ils estimaient être le mieux pour l’avenir, en toute bonne conscience ». Leur rappelant le devoir de tout catholique de promouvoir la paix, de concourir au bien commun, et de promouvoir les droits humains et « valeurs morales fondées sur notre humanité commune », l’archevêque d’Edimbourg Leo Cushley a quant à lui exhorté ses ouailles à examiner les questions « à la lumière de l’enseignement social catholique » et à remplir leur « devoir civique » le jour du référendum.

Même si la hiérarchie s’est abstenue de prendre parti, la cause de l’indépendance est aujourd’hui plus populaire parmi les catholiques que tous les autres groupes religieux en Ecosse, selon le professeur Tom Devine, peut-être l’historien le plus éminent de l’Ecosse, et converti récent à la cause de l’indépendance, pour lequel l’Union n’a jamais été plus qu’un « mariage de raison ».
Pour Tom Devine, la stabilité de l’union entre les années 1750 et 1980 est principalement le résultat d’un ensemble de facteurs, lesquels « ont tous disparu ou été dilués massivement », laissant peu de chose dans l’union sauf «  sentiment, histoire et famille ». Parmi les facteurs qui ont concouru à maintenir l’Union, figure l’identité protestante de la Grande-Bretagne,  sur le déclin depuis des décennies.

Pages: 1 2

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]