Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Synode sur la famille : quelle organisation ?

© Libre de droit
© Libre de droit
Partager

Beaucoup de questions se posent sur ce synode, et avant même son contenu, c’est son fonctionnement qui interroge. Sur son blog, le Père Cédric Burgun propose quelques clefs de compréhension canonique.

Le prochain synode des évêques, convoqué par le Pape François, pour réfléchir aux questions relatives à la famille, s’ouvrira le 5 octobre prochain. Le Vatican a d’ailleurs publié hier la liste des participants, avec une note, disponible ici. Il y est rappelé que « le but de cette rencontre est de proposer la beauté et les valeurs de la famille, qui découlent du message de Jésus-Christ… Signifiant faire route ensemble, synode est le mot qui indique le lieu ecclésial où l’on convient de se rencontrer et de réfléchir, dans la double fidélité à Dieu et à l’homme, face aux actuels défis de la famille. »

Le synode des évêques : assister le Pape dans son gouvernement de l’Église
Le canon 334 du Code de Droit canonique le dit explicitement :

« Les Évêques assistent le Pontife Romain dans l’exercice de sa charge en lui apportant leur collaboration sous diverses formes, entre autres celle du Synode des Évêques. Il est aidé en outre des Pères Cardinaux ainsi que par d’autres personnes et par diverses institutions selon les besoins du moment ; toutes ces personnes et institutions remplissent en son nom et sous son autorité la tâche qui leur est confiée pour le bien de toutes les Églises, selon les règles définies par le droit. »

Le synode des évêques a donc une tâche claire : assister le Pape dans son gouvernement de l’Église, ce qui signifie aussi que cette institution du Synode n’est pas titulaire de l’autorité suprême dans l’Église (en clair, ce n’est pas un parlement qui peut légiférer !), mais une assemblée de coopérateurs à l’autorité suprême qu’est le pape.
Le droit canonique actuel, et ce canon en est un bon exemple, comporte un vrai fondement doctrinal qu’est une certaine théologie de l’épiscopat. Et, en cela, je voudrai faire une parenthèse qui est en fait un point d’attention. Quand nous parlons de structure de gouvernement dans l’Église (et le synode est considéré ainsi par bon nombre), nous pouvons avoir deux tentations que Benoit XVI a bien décrites lors d’un discours aux évêques de l’ouest de la France, le 24 septembre 2012 :

« Vous désirez que les regroupements paroissiaux que vous êtes amenés à mettre en place permettent une qualité des célébrations et une riche expérience communautaire, tout en appelant à une nouvelle valorisation du dimanche. Vous l’avez relevé dans votre note sur « les laïcs en mission ecclésiale en France». J’ai moi-même eu l’occasion de souligner à plusieurs reprises ce point essentiel pour tout baptisé. Toutefois la solution des problèmes pastoraux diocésains qui se présentent ne saurait se limiter à des questions d’organisation, pour importantes qu’elles soient. Le risque existe de mettre l’accent sur la recherche de l’efficacité avec une sorte de «bureaucratisation de la pastorale», en se focalisant sur les structures, sur l’organisation et les programmes, qui peuvent devenir « autoréférentiels », à usage exclusif des membres de ces structures. Celles-ci n’auraient alors que peu d’impact sur la vie des chrétiens éloignés de la pratique régulière. L’évangélisation demande, en revanche, de partir de la rencontre avec le Seigneur, dans un dialogue établi dans la prière, puis de se concentrer sur le témoignage à donner afin d’aider nos contemporains à reconnaître et à redécouvrir les signes de la présence de Dieu. »

Deux tentations au sujet de l’Eglise: absolutiser ou nier les structures
Cette réflexion de Benoit XVI doit donc nous garder d’une double tentation. La première serait d’absolutiser les structures et tout attendre d’elles ! Certains attendent tout du synode. Or, comme le disait le pape maintenant émérite, tout problème pastoral ne se limite pas à une question d’organisation ou de structure. Ce risque menace tout esprit quelque peu empreint de juridisme qui ne veut voir dans l’Église que son organisation, à l’instar de celui ne reconnaît la Nation que dans l’État. Or, l’Église n’est pas d’abord une organisation ; ses institutions ne sont qu’un support nécessaire et indispensable à l’accomplissement de sa mission : si la finalité spirituelle passe par le biais de structures temporelles, l’Église déborde largement ces cadres institutionnelles.

Pages: 1 2

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]