Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 16 mai |
Saint Honoré
home iconCulture
line break icon

Musées du Vatican : « La charité de la beauté, c’est notre métier et notre devoir »

La rédaction d'Aleteia - Publié le 24/08/14

Que répondez-vous aux personnes qui disent que le Pape devrait vendre les trésors comme ceux des Musées du Vatican pour faire don de l’argent récolté aux pauvres?
Antonio Paolucci : Si le Pape vendait les oeuvres des Musées du Vatican, le résultat serait que les pauvres deviendraient plus pauvres encore qu’aujourd’hui, parce que les masses qui entrent dans les Musées ont de l’Eglise la charité de la beauté, qui est la forme de charité la plus belle qui soit. L’Eglise a récolté pour eux ces oeuvres à travers les siècles. La charité de la beauté, c’est notre métier et notre devoir. C’est un bien intangible, qui ne se consomme point et qui est pour les hommes et les femmes d’aujourd’hui, de même que pour ceux qui doivent encore naître. 

Vous avez affirmé que l’art aidait à rendre les gens citoyens…
Antonio Paolucci : C’est la fonction civile de l’art et des musées : prenez un Italien qui voit Raphaël, Michel-Ange, Botticelli, il acquiert la fierté d’être italien. De même qu’un Allemand lorsqu’il voit Dürer ou un Espagnol Velasquez. L’art est l’identité d’un peuple, comme la langue que je parle. Le musée, comme l’école, sert à transformer les plèbes en citoyens : il sert à donner aux citoyens la fierté de l’appartenance, la conscience de sa propre histoire. Voilà pourquoi le musée, et donc l’art antique, sont un formidable instrument d’éducation et de civilité. 

Quel est en revanche le rôle spirituel de l’art ?
Antonio Paolucci : La capacité que détient l’art est avant tout de rendre heureux celui que le regarde, donc le privilège de l’art est de rendre heureux : en voyant Raphaël, Botticelli, nous sommes heureux d’exister, d’avoir des yeux pour voir, un cerveau pour se rappeler, un coeur pour s’émouvoir. Et nous sommes reconnaissants envers Dieu d’être là. C’est le premier rôle de l’art.
Et puis il y a tout ce qui est l’émotion face à la beauté de la nature, face à la conscience de la vie, à la connaissance des autres personnes, tout ce qui est spirituel. Et l’art est le véhicule de ces choses. Si vous regardez un tableau du Caravage, de Picasso, de Van Gogh, bien qu’ils soient d’une autre époque, ils parlent d’hommes et des femmes qui sont encore vivants, ils nous communiquent des sentiments et des idées qui sont universelles. L’art nous mets en communication avec l’humanité et c’est en cela qu’il est spirituel. 

Comme vous l’avez dit, l’art a fonction pédagogique pour le peuple non instruit. Comment se fait-il que l’homme d’aujourd’hui, envahi par la culture de l’image, éprouve de la difficulté à se laisser gagner par la beauté de l’art?
Antonio Paolucci : Nous vivons à l’époque la plus iconique de l’histoire. Nous sommes immergés dans les images, pas seulement la télévision, mais également les publicités, les vêtements, la cravate que nous portons. Tout n’est qu’icône. Tout n’est qu’image dans la société moderne. C’est peut-être justement cet excès d’iconocité, cet espèce de “tsunami” d’images, de même que celui des informations, qui nous paralyse, en quelque sorte, qui nous étourdit, si je peux utiliser ce terme, qui nous surcharge. De ce fait, notre devoir – et pour cela nous avons un cerveau – est de savoir choisir, sélectionner les images, tout comme nous sélectionnons les informations qui nous arrivent de toute part.

A propos de choix, quelle est votre oeuvre préférée des Musées du Vatican?
Antonio Paolucci : Il y en a plus d’une, mais si je devais en désigner une pour des raisons personnelles et d’étude, je dirais la Transfiguration de Raphaël : le tableau le plus beau du monde, une hyperbole. Un tableau très avant-gardiste qui nous fait comprendre des choses infinies…

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
chapelle sixtine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Soutane de Jean Paul II/attentat
Marzena Devoud
Qu’est devenue la soutane tachée de sang de Jean Paul II ?
2
FIRST COMMUNION
Edifa
Les écueils à éviter avant et après la première communion de son ...
3
Mgr André Joseph Léonard
Que penser des expériences de mort imminente ?
4
Hugues Lefèvre
13 mai 1981, 17h17 : « On a tiré sur Jean Paul II »
5
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir sur le nouveau ministère laïc de Catéchiste
6
Thérèse Puppinck
Velankanni, le Lourdes de l’Orient
7
JOHN PAUL II FATIMA
Agnès Pinard Legry
La Vierge de Fatima a-t-elle sauvé la vie de Jean Paul II ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement