Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 22 octobre |
Saint Jean Paul II
Aleteia logo
home iconActualités
line break icon

Alexandre del Valle : “En Irak, les chrétiens sont considérés comme la cinquième colonne de l’Occident”

AFP PHOTO DAMIEN MEYER

FRANCE, Paris : Photo prise le 28 octobre 2002 à Paris de Alexandre del Valle, chercheur en géopolitique à l'Ecole doctorale de Sciences politiques de l'Université de Paris II, et spécialiste des questions internationales et stratégiques. Il a rédigé de nombreux articles ou reportages dans des revues de géopolitique (Hérodote, Stratégique, Quaderni Geopolitici), ou d'actualité politique (Figaro Magazine, Spectacle du Monde, Figaro, etc), ayant tous pour toile de fond les questions des Balkans, de la Sécurité européenne ou de l'Islamisme radical. Il est notamment l'auteur de Islamisme et Etats-Unis (préf. PM Gallois, L'Age d'Homme ; 1997, rééd. 1999) et Guerres contre l'Europe, Bosnie, Kosovo, Tchétchénie (éditions des Syrtes ; 2001). AFP PHOTO DAMIEN MEYER

Solène Tadié - Publié le 22/07/14




Le phénomène actuel est en outre l’expression d’un retour à l’islam, et du post-colonialisme, ce qui implique en d’autres termes le retour pour ses pays à leurs lois et à leurs traditions en réaction à une période de colonisation, qui date de bien plus longtemps que les erreurs commises par les Etats-Unis.  

Il y a quelques jours, le père Anis Hanna, un prêtre chaldéen de Bagdad, a appelé tous les chrétiens irakiens à émigrer vers l’Occident pour leur survie. A-t-il eu raison d’encourager les derniers chrétiens, pourtant présents depuis 2000 ans, à disparaître totalement de cette terre ? Quelles pourraient être les répercussions d’un tel exode pour le pays ?
A.D-V. : Dans ces pays où sont enracinés des mouvements islamistes chiites ou des mouvements islamistes sunnites, les chrétiens ne peuvent avoir aucun espace. Ils sont considérés comme la cinquième colonne de l’Occident, et parfois même comme la cinquième colonne d’Israël, ce qui est encore plus absurde. C’est pourquoi l’unique solution pour les chrétiens issus de pays comme l’Irak est d’émigrer. Je ne dirais pas cela dans tous les cas, cependant. En Egypte, par exemple, la base démographique des chrétiens est telle qu’ils peuvent encore y rester et se défendre. Mais dans le cas de l’Irak, lorsqu’il s’agit de petites minorités totalement désarmées, incapables de se défendre, la volonté de survivre suppose effectivement l’émigration. Je suis entièrement d’accord sur ce point, mais à regret, car je n’ai jamais voulu encourager les chrétiens d’Orient à quitter leur terre, par exemple au Liban et en Egypte, j’ai toujours lutté contre ce mouvement, en Turquie également, j’ai toujours dit qu’ils devaient rester pour témoigner. Mais aujourd’hui, nous ne pouvons décemment demander aux chrétiens de mourir, le martyre est un choix personnel. Nous ne pouvons point être collectivement suicidaires. 

Un mot sur Gaza. Quels scénarios envisagez-vous à court et moyen termes concernant le conflit qui semble s’enliser depuis le début du mois ?
A.D-V. : A Gaza, les ressorts sont plus ou moins les mêmes. Je n’entrevois pas de paix à court et moyen terme, en ce sens qu’à Gaza, le problème ne dérive pas uniquement du Hamas. Le fait est que les choses sont toujours complexes. Au sein du Hamas, il existe une tendance politique, qui fait semblant d’être aussi radicale que les autres, mais qui en réalité est plus pragmatique et qui serait en mesure de discuter aussi bien avec l’autorité palestinienne qu’avec Israël, de façon plus ou moins directe. Le problème est que chaque fois qu’il y a de leur côté une volonté pragmatique de négocier, il y a toujours une minorité, des tendances ou des scissions qui souhaitent briser toutes les possibilités de paix. Et il y a également des mouvements comme le Jihad islamique qui n’ont aucun intérêt à obtenir cette paix, par conséquent les mouvements radicaux à Gaza empêchent le branche pragmatique du Hamas de négocier. Cela explique ce qui s’est produit au cours des derniers mois et semaines. Il y avait des possibilités de réconciliation intrapalestinienne et il y avait également des possibilités d’ouverture de dialogue avec les israéliens. Mais les plus radicaux du Hamas ont empêché ce dénouement, ils ont sacrifié la paix parce que c’est la guerre qui les fait vivre. Il en allait de même avec Yasser Arafat, qui s’opposait toujours à tout objectif de paix, comme par exemple en 2000. Pour ces acteurs qui refusent tout dialogue et qui ont toujours pratiqué le terrorisme, la guerre est presque existentielle. 

De part et d’autre, il y a une vision extrêmement sombre du camp adverse. Nous avons d’une part le Hamas qui considère les israéliens comme une entité absolument atroce avec laquelle on ne peut négocier, et du côté israélien on nourrit de plus en plus l’idée selon laquelle l’autre partie ne veut de toute façon pas négocier, et que tout territoire rendu à la Palestine démontre une faiblesse de la part d’Israël, poussant le Hamas à les agresser. On repense au Liban du Sud ou à Gaza. Quand les Israéliens ont restitué les territoires, cela a donné tout de suite lieu à une attaque terroriste.
Si les grandes puissances n’obligent pas les deux parties à faire des concessions, je ne vois pas de possibilité de réconciliation. 

  • 1
  • 2
Tags:
Chrétiens d'Orienteiil
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
2
WEB2-Bishop_Michael.jpg
Agnès Pinard Legry
Admirateur de Benoît XVI, un évêque anglican devient catholique
3
Bérengère Dommaigné
Sœur André, la reine des youtubeuses
4
Hugues Lefèvre
À Rome, Jean Castex célèbre les relations entre la France et l’Ég...
5
Camille Dalmas
Jean Castex reçu par le pape François
6
ZITA
Mathilde de Robien
Cette magnifique prière gravée dans les alliances de Charles et Z...
7
WEB2-MAGDELEINE-HUTIN-ciric_201343.jpg
Raphaëlle Coquebert
Magdeleine Hutin, la digne héritière de Charles de Foucauld
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement