Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ils parrainent des familles de Roms, avec discernement

Thomas Oswald
Partager

A Lens, quatre parrainages de familles roms ont été officialisés fin juin. Une démarche inédite, qui accompagne le travail d’insertion de familles courageuses et de bénévoles engagés.

À Lens, quatre parrains dont un prêtre, le père Levray, viennent d’accepter de parrainer quatre familles de Roms en cours d’insertion. Une réussite du collectif Fraternité Roms qui a proposé ces familles. Cinq à dix nouveaux parrains sont attendus d’ici la fin de l’été.
 
Il s’agit de parrainages civils, les Roms qui entrent dans ce partenariat ayant besoin d’aides pour les démarches administratives, parfois aussi de soutien matériel. Cet accompagnement est déjà réalisé par les associations caritatives, mais le parrainage représente une nouvelle étape symbolique. Le père Levray explique que son rôle en tant que parrain est surtout « d’amener un regard bienveillant » sur les Roms.
 
Ann Charlotte Taudiere, initiatrice de La route des Roms précise : «Une chose est de dénoncer l’existence de réseaux mafieux dans la communauté Rom, une autre est de ne pas voir et aider les familles qui en souffrent et veulent en sortir ». Mme Taudiere témoigne d’une expérience d’insertion réussie : une famille Roms qui est parvenu à se sédentariser en ouvrant une chambre d’hôtes. Ce type de réussite représente un espoir et pourrait se multiplier, même si elle ne peut pas concerner tout le monde. En effet, le point commun de toutes les opérations d’insertion de Roms c’est qu’elles découlent d’initiatives individuelles, et non d’un modèle applicable à tous.
 
Une grande partie des familles Roms ne cherchent pas à s’établir à l’année, mais viennent en France pour obtenir un complément de revenus. Là encore, attention aux amalgames : tous ne se livrent pas à la délinquance pour obtenir ce complément. Cyril, 57 ans que nous avons rencontré dans un campement à proximité de Bois l’Épine (sud de Paris), est un descendant de paysans sans terre, qui ne parvient pas à vivre avec ce qu’il gagne en Roumanie. "Je ne vole rien", assure-t-i. Il ramasse et revend de la ferraille abandonnée six mois par an en France, une activité pratiquée évidemment en dehors de tout cadre légal, mais qui lui permet de survivre avec sa famille.
 

 
 

Tags:
rom
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.