Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Étude : Facebook nuit gravement au mariage

Hugues
Partager

Une étude réalisée par l’Université de Boston a démontré un lien étroit entre les problèmes de couple et l’utilisation des réseaux sociaux, notamment Facebook.

09/07/2014

L’utilisation des réseaux sociaux ne cesse de poser question : problème éthique, de confidentialité, perte de vie sociale « réelle », dépression… Alors que les polémiques fusent, une étude menée par l’Université de Boston vient d’être publiée et n’arrangera certainement pas la réputation du site de Mark Zuckerberg. Relayée par le magazine Grazia ce dimanche, l’étude souhaitait montrer la corrélation entre l’utilisation des réseaux sociaux, la satisfaction des personnes mariées et le pourcentage de divorce. Les résultats de l’enquête montrent alors qu’il existe un lien étroit entre les problèmes de couples et l’utilisation abusive des réseaux sociaux.
 
Les chiffres de l’étude, menée auprès de 1160 personnes âgées de 18 à 39 ans, révèlent ainsi que plus des personnes passent de temps sur les réseaux sociaux, plus elles se sentent malheureuses en couple ou pensent à quitter leur conjoint. Un focus particulier réalisé au Texas démontre par exemple que 32% des usagers des réseaux sociaux pensent au divorce. Ce chiffre est divisé de moitié chez les personnes qui n’ont pas l’habitude de tweeter, liker ou buzzer… Aussi, les non-utilisateurs sont 11% plus heureux en couple que les autres. Les chercheurs ont également prouvé que plus le mariage se dégrade, plus l’utilisation des réseaux sociaux sera importante. Sans vouloir tirer des conclusions trop hâtives, ils n’expliquent toutefois pas de lien de cause à effet.
 
"Attention, nuit gravement au mariage" Faudra-t-il bientôt afficher cet avertissement en page d’accueil de Facebook ? En effet, le plus célèbre des réseaux sociaux semble bien être « un prédicateur significatif du taux de divorce ». Pourquoi ? Parce que les usagers passeraient trop de temps à surfer sur le web, et par conséquent, moins de temps avec leur partenaire. Mais les réseaux sociaux sont également pour certains l’occasion de faire des rencontres extraconjugales.
 
« L’association apparente entre l’utilisation de Facebook ou d’autres réseaux sociaux, et le divorce ou la déprime au sein du couple, soulève des questions troublantes, non seulement sur la façon dont nous utilisons ces outils, mais aussi sur leurs effets sur le mariage », a expliqué James Katz, l’un des responsables de l’étude. Avec ses 350 millions de membres dans le monde, Facebook apparait logiquement comme étant le réseau social le plus risqué. Entre dématérialisation et aseptisation des liens sociaux, cette étude est une nouvelle occasion de rappeler qu’il est nécessaire que ses utilisateurs soient conscients des dangers que représente ce réseau social pour leur liberté et leur vie privée.
 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.