Aleteia

Une cyberetraite pour les cathos connectés

©Corinne SIMON/CIRIC
©Corinne Simon/ Ciric
Partager
Commenter

Les Dominicains de France lancent « Signe dans la Bible » , le dernier né des sites de « Retraites dans la ville ».

Leur Carême en ligne créé il y a 12 ans a remporté un vif succès ; les Dominicains de France lancent maintenant Signe dans la Bible, une nouvelle occasion de décliner la méditation à la maison.
 
À partir de huit thèmes du quotidien, les Frères lillois développent une série de méditations qui s’étale sur deux saisons, de juin 2014 à février 2015 puis de juin 2015 à février 2016. Il s’agit de ne pas aller chercher Dieu dans les nuages mais dans les petites choses du quotidien. Les internautes sont invités à s’inscrire à une lettre qui leur parvient trois fois par semaine, articulant la Parole de Dieu et les choses du quotidien, divisées en huit grands thèmes.
 
Par exemple, pour que l’aventure soit fondée sur des bases solides, le premier thème développé est celui des pierres :  "Approchez-vous du Seigneur : il est la pierre vivante que les hommes ont éliminée, mais que Dieu a choisie. Vous aussi, soyez les pierres vivantes ! Merci saint …. Pierre !" Sept comédiens prêtent leurs voix à la lecture du jour.
 
Cette initiative a déjà attiré 38674 inscrits (au moment de la rédaction de cet article), et leur vidéo de présentation a même été vue sur le site du Parisien un beau score vu la jeunesse du site !
 
Très à l’aise derrière leurs écrans, les dominicains lillois font leur les paroles prononcées par le Pape François le 23 janvier dernier : « Internet peut offrir plus de possibilités de rencontre et de solidarité entre tous, et que c’est une bonne chose, un don de Dieu ».
 
 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]