Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 22 octobre |
Saint Jean Paul II
Aleteia logo
home iconAu quotidien
line break icon

Quatres pistes pour apprendre à gérer l’expérience de la douleur

Sophia Louise

Brian Brown - aleteia - Publié le 30/05/14

Le chagrin n'est ni fiable ni efficace. Mais, à condition de l'accepter, il nous rendra plus humain.

30/05/14

Qui n’a pas eu du mal savoir quoi faire lorsqu’un ami ne va pas bien ? Et votre ami a probablement autant de mal à savoir quoi faire avec sa douleur. Cette douleur peut être causée par la mort d’un parent ou d’un ami, par la perte d’un emploi ou d’un petit ami, ou tout simplement par la sensation que l’univers s’acharne sur nous depuis un bon moment…

On a trop souvent tendance à sombrer dans les poncifs et les clichés. Bien sûr, on se les dit à soi-même, pour se remonter le moral ou pour tenter de déjouer la poisse en demandant à l’univers de nous laisser tranquille. Et on le dit à ses amis, dans le même but. Parfois, ces clichés vont résonner en eux, et peuvent leur donner à penser. Mais trop souvent, il s’agit juste de ne pas oser regader les choses en face.

Je viens de terminer un nouveau livre, Invitation to tears, de Jonalyn Fincher et Aubrie Hills. Jonalyn et Aubrie portent un regard différent, plein de fraîcheur, sur la douleur. Tous deux suggèrent que le fait d’apprendre comment gérer l’expérience de la douleur est en fait quelque chose de précieux, une chose que notre culture oublie de nous enseigner. Affronter la douleur, ou aider un ami à le faire, consiste selon les auteurs, à éviter les choses suivantes :

1) Les poncifs
« Au moins, elle ne souffre plus ». « Il est avec Jésus ». « Tout cela se passe pour une raison ».  « Ce n’est pas pour cela que je pleure ! », s’est écrié Jonalyn, plein de frustration, après la mort de sa belle-mère. Les banalités peuvent être encore plus terribles au sein de l’Église, l’endroit où justement les gens sont censés être en mesure de remettre leur profonde douleur. « Entre les murs réconfortants de l’Église, nous nous sommes départis du langage de la perte. Celui que David et les psalmistes parlaient couramment, nous l’avons oublié. Nous ne pouvons pas nous asseoir auprès de quelqu’un qui est en souffrance sans essayer de réparer. »
Les auteurs suggèrent que nous avons besoin d’un langage du chagrin – et ont eu la lumineuse idée d’inclure des listes entières de poèmes, de livres et de films sur le thème du chagrin. Certaines choses peuvent nous aider à recréer ce langage.

2) Considérez tout cela comme de la joie
Les chrétiens entendent cela très souvent. Parce que, bien entendu, quelqu’un qui se trouve dans une profonde douleur est ravi de s’entendre citer les Écritures, histoire de le culpabiliser. Il est vrai que certaines personnes devraient cesser de ronchonner et se rappeler que (comme l’a dit mon prêtre la semaine dernière), c’est nous qui sommes dans l’histoire de Dieu, et non l’inverse. La vie est dure, et le fait d’y faire face revient en partie à faire face au chagrin. Les auteurs suggèrent que le fait de céder à la douleur est d’une certaine manière quelque chose de sain et d’important.
 « Eprouver du chagrin implique d’en faire moins afin de garder les ressources nécessaires pour se défouler, tenir un journal, faire de longues promenades, pleurer, regarder dans le vide et penser. Afin d’appliquer la pratique tout sauf occidentale d’en faire moins pour apprendre davantage. Il tombe sous le sens que les Occidentaux n’ont pas de temps pour cela. Le chagrin n’est ni fiable ni efficace, mais il nous rendra plus humain ». 

3) N’est-il pas temps d’aller de l’avant ?
Encore une fois, il est bon de s’entendre dire cela de temps à autres. Mais en dehors de ces rares situations, les auteurs s’opposent à la tradition juive, où l’ensemble de la communauté s’unit autour de la personne qui souffre pour la guider à travers le chagrin. " La communauté agit comme des capitaines, en traçant un itinéraire afin que le désespoir se tienne à l’extérieur du navire. En suivant l’itinéraire, ils savent que peu importe comment ils se sentent, quelqu’un d’autre est en train de les guider à travers les flots. "

  • 1
  • 2
Tags:
Amourcliches
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
2
WEB2-Bishop_Michael.jpg
Agnès Pinard Legry
Admirateur de Benoît XVI, un évêque anglican devient catholique
3
Hugues Lefèvre
À Rome, Jean Castex célèbre les relations entre la France et l’Ég...
4
Camille Dalmas
Jean Castex reçu par le pape François
5
Bérengère Dommaigné
Sœur André, la reine des youtubeuses
6
WEB2-MAGDELEINE-HUTIN-ciric_201343.jpg
Raphaëlle Coquebert
Magdeleine Hutin, la digne héritière de Charles de Foucauld
7
PORÓD
Anna Ashkova
Elles ont choisi d’accoucher sans péridurale
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement