Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 07 décembre |
Saint Ambroise de Milan
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Belgique : 90 églises catholiques en péril

Bruxelles Sainte Catherine

© Télé Bruxelles

Mathilde Dehestru - publié le 10/05/14 - mis à jour le 03/08/22

Alors qu’a été annoncée la désacralisation imminente de l’église Sainte-Catherine à Bruxelles, ce sont près de 90 églises catholiques qui sont en danger dans le pays.

L’Église Sainte-Catherine de Bruxelles, fermée depuis le 1er janvier en vue d’une désacralisation, a réanimé les débats qui divisent la Belgique sur l’avenir des églises. Depuis 2011, ces polémiques ont émergées en posant la question de la désacralisation et de la réaffectation d’une partie des églises catholiques de Bruxelles.

Construite en 1874, l’Église Sainte-Catherine domine de sa splendeur le centre historique de Bruxelles. C’est le seul édifice religieux qui fut édifié dans le pentagone depuis la fin de l’Ancien Régime. Sa désacralisation et sa cession à la ville de Bruxelles, annoncées comme étant imminentes, ont suscité une vague d’indignation chez les fidèles bruxellois. Trop coûteuse pour une utilité trop faible, la ville de Bruxelles a affirmé vouloir transformer l’édifice religieux en hall de fruits et légumes. Une grande partie des riverains s’en indignent, les autorités religieuses appellent à la mobilisation des fidèles et les voix s’élèvent dans la capitale belge.

Une pétition circule depuis le 2 mai et lance un ultime appel au rassemblement des catholiques belges. En tentant de réveiller les consciences des bruxellois, elle s’indigne : « Abandonnerons-nous notre plus grande église du centre, à côté du métro, au cœur d’un quartier jeune et branché, commercial, professionnel et touristique, au cœur du Marché de Noël qui draine 2 500 000 visiteurs ? ». Monseigneur Jean Kockerols, évêque auxiliaire de Bruxelles se sent lui aussi désarmé face à une telle décision et demande la solidarité des fidèles : « Nous devons être proactifs si nous voulons éviter qu’on nous impose des solutions inadéquates. La question fondamentale porte sur la vision d’Eglise que nous voulons avoir », affirme t-il.

L’Eglise Sainte-Catherine n’est pas un cas à part en Belgique : nombre d’églises sont en péril et ce sont près de 40 églises qui sont dans le collimateur, simplement dans la région de Bruxelles. L’on parle de plus de 90 églises en danger dans tout le pays. L’église Saint-Hubert de Watermael-Boitsfort, au cœur de projets combinant logement et lieu de culte, ou l’église de la Sainte-Famille d’Helmet à Schaerbeek, en attente d’un candidat investisseur… Les églises en cours de désacralisation sont au cœur de l’actualité en Belgique et agitent de plus en plus les consciences.

Si la Belgique est particulièrement touchée par ces problématiques délicates, les autres pays européens n’en sont pas épargnés. Aux Pays-Bas, le phénomène prend même des allures très préoccupantes suite à la fusion des paroisses lancée par les évêques depuis 2008 : alors qu’en 2003, le pays comptait 1 525 paroisses, il ne devrait en rester que 300 en 2025, selon les prévisions de l’Eglise.  En France, Michel Petitdemange, économe du diocèse de Nancy a affirmé que la désacralisation d’églises catholiques demeure « extrêmement rare et exceptionnelle » en France, mais l’on se rappelle cependant de l’église Saint François d’Assise, transformée en centre commercial en 2011 en Meurthe-et-Moselle.

La désacralisation des églises reste un sujet particulièrement sensible, tant il attise les passions. L’avenir des églises bruxelloises suscite de nombreux débats depuis trois ans : les églises constituent non seulement un important patrimoine pour l’histoire catholique, mais leur désacralisation engendre également une immense souffrance pour les fidèles et les autorités de l’Eglise. Cependant, force est de constater que certains de nos édifices se dégradent, en parallèle à une civilisation en mutation, « où l’Eglise n’a plus une place dominante », avait déploré monseigneur Kockerols.

Tags:
desacralisationÉglise
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement