Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Afrique du Sud : les « born free » votent pour la première fois

EUEOM/SCAGNETTI
Partager

Si les résultats promettent d’être sensiblement les mêmes qu’en 2009, cette élection voit surtout la première participation des « Born-Free », génération née après l’apartheid.

07/05/2014

En ce mercredi 7 mai, les Sud Africains se rendent aux urnes pour élire leur assemblée nationale, qui se chargera ensuite d’élire le Président de la République le 21 mai prochain. Ces élections marquent un tournant dans l’histoire du pays :  c’est la première fois que la génération n’ayant pas connu l’apartheid, les « Born-Free , se rendra aux urnes. En effet, l’âge légal pour voter en Afrique du Sud est de 18 ans et les premières élections multiraciales ont eu lieu en 1994. Elles s’étaient soldées par la victoire de Nelson Mandela). C’est également la première fois que les sud-africains expatriés pourront voter depuis l’étranger. 
 
Il s’agit de la 5ème élection démocratique multiraciale au suffrage universel dans ce pays de 51,7 millions d’habitants. Les jeunes ont pu s’inscrire sur les listes électorales durant deux week-ends, en novembre 2013 et février 2014. On estime qu’environ 5,5 millions de sud-africains se sont rendus dans les bureaux lors de ces week-ends, et parmi eux, 2,3 millions de nouveaux votants. Il y a désormais 25,3 millions de personnes inscrites, ce qui représente 80,5% de la population en âge de voter. Lors des dernières élections, 17,6 millions de personnes avaient votés.
 
En 2009, c’était le parti de Nelson Mandela, l’African National Congress (ANC) qui avait remporté 65,90% des suffrages. Ce parti détient la majorité des sièges depuis 1994. Actuellement à la tête du pays, Jacob Zuma, élu par l’assemblée nationale en 2009.

Vers un recul du parti majoritaire ?
Même si l’ANC est crédité de 63,9% d’intention de votes selon un sondage du Sunday Times d’Avril 2014, faisant ainsi de la victoire une probabilité extrêmement forte, le premier parti d’Afrique du Sud pourrait reculer. En effet, «l’élection du 7 mai est l’une des plus disputées de ces 20 dernières années», a confié la politologue Lizette Lancaster, de l’ISS (Institute for Security Studies) au journal 20minutes. «Et l’on s’attend à ce que l’ANC perde du terrain », notamment au profit du parti d’opposition Alliance Démocratique (AD). Ce dernier est en effet crédité de 20% d’intentions de votes, contre 16,6% en 2009, soit une progression de 4 points.

Il reste beaucoup à faire…
Même si Jacob Zuma est quasiment assuré d’être réélu, il devra néanmoins poursuivre les efforts qui ont été fait dans ce pays depuis 20 ans, concernant l’égalité et la sécurité. En effet, la population blanche gagne toujours en moyenne 6 fois plus que la population noire, beaucoup plus touchée par le chômage (28% de chômage au sein de la population noire contre 7% chez les Blancs). Le taux de criminalité, s’il a baissé au cours des dernières années, reste néanmoins très élevé : si le nombre de meurtre par tranches de 100 000 habitants était de 66,9 en 1994, il n’est plus « que » de 31,9 en 2010. En comparaison, celui de la France est de 1 pour 100 000 habitants. 

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]