Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Lycée Gerson : l’Opus Dei réagit aux attaques

DR
Opus dei-Béatrice de La Coste
Partager

L’Opus Dei ayant été directement visée, la porte-parole de l’institution donne sa vision des faits sur l'affaire du lycée Gerson..

16/04/2014

Lundi dernier, la polémique éclatait (cf Aleteia ici et ). Alors que l’association Alliance Vita était injustement accusée de propos intégristes au sein du lycée Gerson, l’Opus Dei aussi était directement attaquée. Sous couvert d’anonymat et sans lien justifié, une enseignante du lycée désignait à l’antenne d’Europe 1 deux membres de l’encadrement de l’école comme faisant partie de l’Opus Dei, preuve selon elle d’un mouvement obscurantiste à l’œuvre dans le lycée. L’information, au conditionnel et non recoupée, était ensuite reprise en cascade par l’ensemble des médias, dans la foulée d’une dépêche de l’AFP.

Une attaque de plus à l’encontre de l’Opus Dei
Pourquoi viser nommément l’Opus Dei ? Après les fantasmes véhiculés par Dan Brown dans son controversé Da Vinci Code, l’affaire du lycée Gerson n’est finalement qu’une attaque primaire de plus. En réaction, Béatrice de La Coste, porte-parole de l’Opus Dei pour la France a tenu à clarifier dans un communiqué de presse que « cette institution de l’Église catholique citée dans certains médias, n’est aucunement impliquée dans la pastorale du lycée GersonElle n’a jamais cherché à y étendre son influence, pas plus que dans aucun autre endroit. Prétendre le contraire est mensonger.»  

Philippe Person, chef d’établissement du lycée Gerson, a également déclaré que l’engagement de certaines personnes de l’école au sein de l’Opus Dei « reste strictement privé » et n’interfère pas dans leur travail. Parallèlement, Jean-François Canteneur, adjoint du directeur diocésain de l’Enseignement catholique de Paris, rapporte dans La Croix que l’affaire est à replacer dans un contexte plus large. Ces derniers mois, l’établissement parisien aurait semble-t-il été sujet aux tensions et à des problèmes relationnels. Une page "Soutien à l’établissement Gerson" vient en tout cas d’être créée sur Facebook et rassemblait mercredi soir un millier de personnes.

La vocation de l’Opus Dei
Pour Aleteia, la porte-parole de l’Opus Dei (du latin « Œuvre de Dieu ») a tenu à repréciser la vocation de ses membres. L’institution fondée en 1928 par Saint Josémaria Escriva a été érigée au rang de prélature personnelle par le pape Jean-Paul II en 1982. Ainsi, « l’engagement des membres de l’Opus Dei est d’ordre spirituel. De fait, cette vocation ne se voit pas. Ce sont des contemplatifs au milieu du monde. »

Et c’est bien cela qui attise les spéculations en tout genre. 98% des membres de l’Opus Dei sont des laïcs, en grande majorité mariés. Leur mission ? Sanctifier le monde dans leur vie ordinaire. À cet égard, Saint Josémaria Escriva a été nommé par Jean-Paul II « saint-patron de la vie ordinaire ». Aussi, concernant les attaques « intégristes » et « obscurantistes », la porte-parole ajoute que « l’Opus Dei n’a pas de pensée propre. Elle est papiste et très unie à l’Église ».

Interdire d’école les associations pro-vie ?
Le contexte français n’est sans doute pas sans influence sur cette prétendue affaire du lycée Gerson : le Sénat débattra demain jeudi 17 avril, en deuxième lecture, « du projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes dont certains articles relatifs à l’avortement suppriment la notion de détresse et étendent le délit d’entrave à l’information. »

On apprenait mercredi après-midi que le ministère de l’éducation lançait une enquête au sein du lycée Gerson afin de vérifier si l’établissement sous contrat avec l’État respectait ses engagements. On peut dès lors imaginer la probable tournure téléguidée que prendront les choses : les associations pro-vie, telles Alliance Vita et La Fondation Lejeune, ne pourront plus être invitées afin d’expliquer leur vision de sujets de société cruciaux dans des établissements privés catholiques sous contrat. Faut-il imaginer que toute l’affaire n’a été montée et médiatisée que dans ce but ? L’avenir le dira.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]