Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

« Un de nous » au Parlement européen : respectez l’être humain !

© DR
Partager

Au nom de l’Initiative Citoyenne Européenne « Un de Nous », Grégor Puppinck demande qu’aucun fonds de l’Union européenne ne soit attribué à des activités qui sacrifient des embryons humains.

11/04/2014

Voici le texte des interventions introductive et conclusive de Grégor Puppinck, représentant de l’ICE, lors de l’audition au Parlement européen de l’Initiative Un de Nous à Bruxelles, le  10 avril.
 
Introduction : au nom de deux millions de signataires…

J’ai l’honneur de m’adresser à vous entant que représentant du comité d’organisation de l’Initiative Citoyenne européenne "Un de nous/One of us", qui est à ce jour l’Initiative Citoyenne qui a réuni le plus grand nombre de soutien à travers toute l’Europe.

L’Initiative Citoyenne « Un de Nous » a recueilli près de deux millions de signatures, ce qui en fait la première initiative à ce jour et la plus grosse pétition dans  l’histoire des institutions européennes.
Notre demande relève de la compétence de l’Union, et sa compatibilité avec le droit européen et les droits fondamentaux a déjà été vérifiée et attestée par la Commission européenne lors de l’examen préalable à l’enregistrement officiel de l’Initiative.

L’Initiative Citoyenne « Un de Nous » a donc rempli toutes les conditions nécessaires pour faire à présent l’objet d’une proposition législative qui sera discutée après les élections par le prochain Parlement et par le Conseil.
L’objet de l’audition de ce jour n’est pas d’anticiper sur les débats qui auront lieu sur la base de notre proposition législative, mais de nous donner la possibilité, nous qui représentons près deux millions de citoyens, de vous exposer dans le détail notre demande.

Notre demande est simple et précise, elle s’appuie sur l’acquis européen, plus encore, elle est juste et bénéfique.
Par respect pour la vie et la dignité de tout être humain, nous demandons l’intégration d’une clause éthique dans la réglementation européenne qui exclue explicitement de financement européen toute activité qui détruise ou implique la destruction de vies humaines. Cette clause éthique de portée générale s’applique en particulier au financement de pratiques biotechnologiques impliquant la destruction d’embryons humains, et au financement d’avortements dans le contexte de l’aide au développement.

Ainsi, l’Initiative demande que soit introduit dans le droit européen le principe suivante :
« Aucun fonds de l’Union européenne ne doit être attribué à des activités qui détruisent des embryons humains ou qui présupposent leur destruction »
 Pourquoi ?
Parce que tout embryon humain est l’un de nous.
C’est le message de près de deux millions de citoyens européens que nous avons l’honneur et la responsabilité de porter aujourd’hui devant cette Assemblée.

Ce message est difficile à entendre, comme toute vérité. Il va à l’encontre de notre égoïsme.Pouvoir supprimer les enfants non désirés, pouvoir exploiter les embryons humains à des fins industrielles, pouvoir limiter la croissance démographique de pays pauvres et leur imposer nos styles de vie : ce sont à ces pouvoirs que nous vous invitons à renoncer, par respect pour des êtres humains à peine conçus et en gestation.

Oui, notre initiative s’oppose fondamentalement à tout ce qui détruit des êtres humains. Notre initiative est un témoignage public de la conscience de millions de citoyens européens qui reconnaissent l’humanité et l’individualité de tout être humain dès sa conception.

Ce témoignage, nous savons bien que certaines personnes et organisations ici présentes y sont fondamentalement hostiles ; nous savons bien que ces organisations qui promeuvent l’avortement et la recherche non-éthique sur les embryons humains sont, en apparence, beaucoup plus puissantes que nous.  Qui représentent-elles ? De puissants intérêts financiers, des lobbys transnationaux défendant des intérêts minoritaires mais devenus très puissants depuis une vingtaine d’années.

Pages: 1 2 3 4 5

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]