Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 26 octobre |
Saint Demetrius
Aleteia logo
home iconAu quotidien
line break icon

Fécondation in vitro : 10 points à connaître avant de décider

Elizabeth Kirk - Publié le 09/04/14

2. La FIV est une forme d’eugénisme
On peut se rappeler ici Le Meilleur des mondes, d’Aldous Huxley. On retrouve effectivement aujourd’hui les fameuses « chambres de fertilisation » ou encore  la « salle de prédestination sociale ». Pourquoi évoquer cela ? Eh bien, parce que, afin d’augmenter les chances de réussite, la FIV implique un diagnostic et un dépistage pour obtenir le « meilleur » bébé. Á titre d’exemple, le sperme est lavé pour isoler les spermatozoïdes en meilleure santé et les plus rapides. Ils peuvent aussi être triés par genre selon que les futurs parents souhaitent un garçon ou une fille.
Les œufs peuvent également être examinés pour rechercher les anomalies chromosomiques. Les cliniques de fécondation in vitro peuvent de plus utiliser le diagnostic préimplantatoire pour détecter des conditions génétiques et mutations chromosomiques (ou encore des traits non souhaités, comme par exemple le fait d’avoir une fille). 
Avec le diagnostic préimplantatoire, une, ou plusieurs, cellule est prélevée de l’embryon en développement et ensuite évalué. Seuls les embryons « en bonne santé » sont transférés dans l’utérus de la femme.

Cela peut paraître attrayant lorsque l’on éprouve des difficultés à concevoir. On voudrait alors optimiser les chances d’avoir un enfant en bonne santé. Mais, ce faisant, il faut reconnaître qu’on met de côté les bébés non voulus, par préférence pour le « bébé parfait ». Cette pratique a un nom quand on l’applique aux adultes, selon des critères de sexe, de race ou bien d’handicap.

3. Nous ne connaissons pas les effets de long terme de la FIV sur la santé des enfants
Bien que la fécondation in vitro soit utilisée depuis 1978, et que 5 millions d’enfants aient vu le jour suite à ce procédé, nous ne connaissons pas entièrement les effets sur le long terme ou encore les conséquences des manipulations en laboratoire sur la santé des personnes qui en sont issues. Une étude présentée à l’Académie américaine de pédiatrie suggère qu’il y a un risque accru de malformations congénitales chez les enfants nés par FIV. D’autres risques établis sont les taux plus élevés de prématurés et d’enfants au poids faible, en particulier car on augmente la probabilit&eacute
; des grossesses multiples.

4. Un fort taux d’échec
Malgré la promesse qui vous a été faite, la FIV n’est pas toujours couronnée de succès. En 2012, selon des statistiques publiées par la Société pour la Reproduction Assistée, seules 35,9% des cycles de FIV ont engendré une grossesse et seulement 29,4% des cycles ont donné jour à une naissance. Le taux de succès diffère selon l’âge de la femme (pour les femmes âgées de plus de 42 ans, les chiffres sont respectivement de 8,3% et 3,9%) et selon que les embryons sont décongelés ou frais.

5. Plus d’un demi-million d’embryons sont stockés
Afin d’accroître les chances de succès, de multiples embryons (environ une douzaine) sont créés pour chaque cycle. Or, il n’est ni sûr ni efficace de tous les implanter en même temps dans l’utérus de la femme. De fait, des centaines de milliers d’embryons « non utilisés » sont laissés à l’abandon. Les couples se battent pour savoir que faire de leurs embryons en trop. Pour les États-Unis seuls, on estime à 500 000 le nombre d’embryons conservés en attente. Cela peut inclure une implantation future (soit à la mère, soit à une autre personne voulant « adopter » un embryon pour pouvoir être enceinte), une recherche scientifique ou une destruction.

6. La fécondation in vitro implique un mépris total pour la vie humaine
Le nombre d’embryons qui ne survivent pas aux phases de tests ou aux procédés d’implantation, ainsi que le dilemme du surplus des

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
Bioéthiquediagnostic pre implantatoireeugenismefecondation in vitro
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
JOHN PAUL II
Marzena Devoud
Le jour le plus heureux de la vie de Jean Paul II
2
WEB2-PERE-BRUNO-RAFFARA.jpg
Marthe Taillée
Bruno Raffara, père, grand-père et prêtre
3
Maria Paola Daud
Pourquoi Michel-Ange n’a-t-il jamais terminé cette Pietà ?
4
WEB2-MISSEL-FORMATION-ABBENICO.jpg
Agnès Pinard Legry
Les prêtres se préparent à un grand changement
5
I.Media
Le pape François révèle les pays qu’il visitera dans les prochain...
6
ZITA
Mathilde de Robien
Cette magnifique prière gravée dans les alliances de Charles et Z...
7
WEB2-POITIERS-shutterstock_1857434686.jpg
Bérengère Dommaigné
À Poitiers, un établissement catholique reçoit des menaces
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement