Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Comment éviter les distractions dans la prière ?

© Chris Waits
Partager

Saint Ignace de Loyola conseillait de faire le contraire de ce que suggère la tentation.

08/04/2014
 

Au moment de la prière, celui qui se met en présence de Dieu se voit sans cesse confronté à la tentation de reporter, d’écourter, de transformer en routine et, le pire de tout, d’abandonner sa prière.

Généralement, c’est le diable qui lui chuchote à l’oreille : « Non, pas maintenant, tu as une foule de choses à faire, plus tard, vaut mieux reporter à après »  (un après qui n’arrive jamais) … Ou si, par exemple, la personne a fait le projet de prier pendant une demi-heure, elle sera peut-être tentée d'abandonner la prière au bout de dix minutes, pensant qu'elle a déjà assez prié, de toute façon plus que d’autres.

Il arrive aussi que les distractions arrivent tout d’un coup : la mémoire de ce qui a été laissé en suspens, le sommeil qui vient, ou encore on est appelé, interrompu, le téléphone sonne … tout est bon pour vous inviter à interrompre la prière.

Attention, il s’agit d’une tentation. Que faire dans ces cas ? Saint Ignace de Loyola conseillait  de faire le contraire de ce que suggère la tentation.  Par exemple, si vous avez décidé  de prier pendant une demi-heure et qu’au bout de quinze minutes, vous voilà tenté d'arrêter, décidez de prier non pas une demi-heure, mais quinze minutes de plus.

Ce faisant,  vous surmonterez la tentation de raccourcir la prière, et le tentateur, voyant que la chose s’est retournée contre lui, ne reviendra plus à la charge, du moins ne vous proposera-t-il plus cette tentation.

Ne jamais oublier que, dans votre projet de prier, vous devrez faire face non seulement aux circonstances extérieures et à vos émotions, mais au démon. Et celui-ci  est fort intéressé à vous empêcher de prier, à ce que vous ne fassiez pas cette chose qui porte tant de bons fruits

Saint Pierre dit: « Votre partie adverse, le Diable, comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui dévorer. Résistez-lui, fermes dans la foi » (1Pt 5, 8-9). Et c’est ce qu’il faut faire. Lorsque vient la tentation, dites oui avec plus de confiance au Seigneur, et non à la tentation.

Notez-le : il arrive avec la prière ce qui arrive avec la nourriture. Quand on arrête de manger, on perd la faim et on finit par mourir d’inanition ; quand on arrête de prier, on perd l’envie de prier et on finit par mourir spirituellement.

C'est pourquoi, surmonter cette tentation est d'une importance primordiale. Demandez à Dieu de vous aider à prier et à lutter contre tout ce qui fait obstacle à votre prière.
Demandez-lui de vous aider à trouver le temps, de vous donner un cœur bien disposé, de vous libérer du découragement, de préserver vos moments de rencontre intime avec Lui. Et ayez confiance dans ce qu’il fera.

“Béni soit le Seigneur,
car il écoute la voix de ma prière…
en lui mon cœur a foi;
j’ai reçu aide, ma chair a refleuri

De tout cœur je rends grâce mi ha dato aiuto ed esulta il mio cuore,
con il mio canto gli rendo grazie”
(Sal 28, 6-7)

* Extrait du nouveau livre  d’Alejandra Ma. Sosa E “¿Qué hacen los que hace oración? Guía práctica para empezar a orar y disfrutar la oración” (Ediciones 72, Mexico).

Article traduit de l'édition italienne d'Aleteia par Elisabeth de Lavigne